• Accueil > 
  • Environnement 
  • > Hécatombe d'espèces marines dans un Chili aux eaux plus chaudes 

Hécatombe d'espèces marines dans un Chili aux eaux plus chaudes

Pour les scientifiques, derrière la majorité de ces... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Pour les scientifiques, derrière la majorité de ces épisodes étranges se trouve le phénomène météorologique El Niño, qui touche l'Amérique latine depuis environ un an.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Giovanna FLEITAS
Agence France-Presse
Santiago du Chili

Des saumons et sardines asphyxiés, un échouage massif de baleines : les plages chiliennes ont été ces derniers mois le théâtre d'un bien triste spectacle, sans doute dû au phénomène climatique El Niño, qui réchauffe la mer.

Le premier signal d'alarme est venu l'an dernier quand plus de 330 baleines ont été retrouvées mortes dans un fjord isolé de la Patagonie, à l'extrême sud du pays.

L'épisode, qui pourrait être l'un des plus grands échouage de cétacés jamais constaté, a surpris la communauté scientifique internationale.

Mais il n'est pas resté un incident isolé : début 2016, une prolifération anormale de micro-algues dans la région de Los Lagos a tué par asphyxie 40 000 tonnes de saumon, soit 12% de la production annuelle du pays, numéro deux mondial du secteur.

Quatre mois plus tard, 8000 tonnes de sardines mortes ont été découvertes à l'embouchure du fleuve Queule, dans la région de La Araucania.

Et la semaine dernière, des dizaines de milliers de machas, coquillage typique du Chili, ont connu le même sort près de l'île de Chiloé, dans la région de Los Lagos, nouvel indice d'un océan perturbé.

Pour les autorités, le décès massif de machas est dû à la présence, dans cette zone, de la «marée rouge», liée à la multiplication d'algues. Par précaution, elles ont interdit l'extraction de fruits de mer dans toute la région.

En protestation, près d'un millier de pêcheurs artisanaux et leurs familles bloquaient mercredi avec des pneus enflammés les routes d'accès aux points d'embarquement vers et depuis Chiloé, réclamant l'aide de l'État.

«Tous les ans nous avons des marées rouges dans la partie australe du Chili, mais cette fois la marée a avancé plus vers le nord, affectant ces populations de mollusques qui n'y avaient jamais été exposés auparavant», explique à l'AFP Jorge Navarro, expert du Centre de recherche en écosystèmes marins en haute altitude (Ideal).

Durant l'été austral (décembre-février), des milliers de calamars géants ont eux aussi échoué sur le littoral de l'île de Santa Maria. Et de nombreuses plages de la côte centrale ont dû être fermées au public face à la présence massive d'une méduse appelée «galère portugaise».

El Niño, principal suspect

Pour les scientifiques, derrière la majorité de ces épisodes étranges se trouve le phénomène météorologique El Niño, qui touche l'Amérique latine depuis environ un an.

Il provoque un réchauffement des eaux de l'océan Pacifique, propice à la prolifération d'algues consommant l'oxygène des poissons ou entraînant une forte concentration en toxines comme dans le cas de la marée rouge.

Le Chili, avec ses plus de 4000 kilomètres de côtes, a l'habitude d'être confronté à El Niño, qui survient tous les quatre à sept ans en moyenne, mais cette fois le phénomène est plus violent.

«Nous supposons qu'un facteur commun à tous ces cas de mortalité survenus tant chez les saumons d'élevage dans le sud du Chili que chez les poissons des côtes (les sardines principalement) est l'actuel phénomène d'El Niño, l'un des plus intenses de ces 65 dernières années», a indiqué à l'AFP un panel d'experts de l'Institut de la pêche du Chili (Ifop).

«L'océan chilien est bousculé et changeant, il y a eu une série d'événements montrant la présence d'un Niño aux manifestations assez diverses», renchérit Sergio Palma, docteur en océanographie de l'Université catholique de Valparaiso.

Mais les scientifiques citent aussi d'autres facteurs.

Laura Farias, océanographe de l'Université de Concepcion, soupçonne l'essor de la pêche d'avoir entraîné les morts de saumons et coquillages.

«Il y a des études qui indiquent qu'en Patagonie, la plus forte fréquence de bloom (prolifération d'algues, ndlr) toxique pourrait être une conséquence de l'aquaculture», explique-t-elle, assurant qu'«il n'y a pas de phénomène écologique, océanographie ou climatique» reliant tous ces incidents.

Alors que El Niño semble perdre en intensité, permettant aux eaux chiliennes de retrouver peu à peu leur température normale, le pays se rend compte qu'il doit mieux étudier son océan à l'avenir.

«Le Chili manque encore d'information sur la mer», souligne Valesca Montes, spécialiste de la pêche au sein de l'organisation WWF Chili.

Selon elle, «il faut investir dans l'information océanographique, afin d'être capables de prédire certains événements» et mieux se préparer aux effets du changement climatique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer