Sondage: près d'un Canadien sur deux rejette Énergie Est

Près d'un Canadien sur deux rejette l'oléoduc Énergie Est, selon un sondage qui... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Près d'un Canadien sur deux rejette l'oléoduc Énergie Est, selon un sondage qui sera rendu public aujourd'hui par le Réseau action climat. L'enquête Oracle Research menée auprès de 3040 personnes pour le regroupement d'organisations écologistes confirme l'opposition des Québécois au projet de TransCanada. Et il révèle que les femmes semblent beaucoup plus sensibles à la protection de l'environnement que les hommes.

Non à Énergie Est

Près d'un Canadien sur deux (46,7%) s'oppose à la construction de l'oléoduc Énergie Est, selon le sondage Oracle Research. Le projet de 12 milliards reçoit l'appui de 35,7% des répondants. La proportion des opposants passe à 51% au Québec, à 59,5% au Manitoba et à 56,5% en Colombie-Britannique. L'initiative de TransCanada est appuyée en Alberta (53,7%) et en Saskatchewan (61,2%), deux provinces qui produisent du pétrole. «Lorsqu'on leur donne le choix entre la lutte aux changements climatiques et le projet Énergie Est, les Canadiens ont très majoritairement fait leur lit», observe Steven Guilbault, porte-parole d'Équiterre.

Les femmes plus vertes

Les résultats recèlent une surprise pour Steven Guilbault: les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à s'opposer au projet Énergie Est. Les trois quarts des répondantes (74%) considèrent que la protection du climat est plus importante que la construction de l'oléoduc. Seulement 52% des hommes sont du même avis. M. Guilbault n'a pas été en mesure d'expliquer le clivage. «Il va falloir qu'on se fasse expliquer ces résultats, a-t-il dit. Il semble y avoir un appétit beaucoup plus grand chez les femmes que chez les hommes pour ces questions.»

Les électeurs conservateurs sont verts aussi

Stephen Harper a été critiqué par les écologistes pour avoir retiré le Canada du protocole de Kyoto et refusé de réglementer les émissions de l'industrie pétrolière. Mais la fibre écolo est présente chez les électeurs de son Parti conservateur.

La moitié de ses partisans (53,7%) considèrent que les Canadiens devraient être des leaders mondiaux en matière de protection du climat. Et 39,4% croient que la protection du climat est plus importante que la construction de pipelines et le développement des sables bitumineux. En revanche, seulement 19% des électeurs conservateurs croient qu'il faut imposer un plafond à la pollution au carbone.

Un message aux politiciens

Les élections fédérales auront lieu dans six mois et les résultats de l'enquête envoient un message fort aux partis politiques, selon Steven Guilbault. «Peu importe quel parti politique tu représentes au fédéral, c'est dur de faire abstraction de ce que pensent 65à 75% de la population, a-t-il dit. Il y a effectivement un avertissement.» Selon le sondage, 70% des Canadiens croient que le Canada devrait être un leader mondial en matière de protection du climat. Et 60% des répondants souhaitent un engagement à plafonner ou limiter la pollution par le carbone.

Méthodologie: L'enquête Oracle Research, basée sur un sondage téléphonique auprès de 3040 personnes à travers le Canada, a été menée en mars 2015. La marge d'erreur est de 1,75%, 19 fois sur 20.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer