Anton Yelchin tué par une Chrysler peut-être défectueuse

Anton Yelchin... (PHOTO AP)

Agrandir

Anton Yelchin

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Veronique DUPONT
Agence France-Presse
Los Angeles

L'acteur Anton Yelchin, l'une des vedettes du prochain Star Trek, est mort écrasé par sa propre voiture, un modèle de Jeep qui avait fait l'objet d'un rappel pour problèmes de levier de vitesse.

Sa voiture, une Jeep Grand Cherokee de 2015, était un modèle pour lequel le constructeur Fiat Chysler (FCA) avait émis depuis avril un rappel sur 800 000 véhicules, pour un problème de levier de vitesse: même avec le levier en position de stationnement, certains de ces véhicules sont quand même susceptibles de bouger.

Le constructeur automobile a affirmé lundi être en contact avec les autorités et «conduire une enquête en profondeur».

Selon la police de Los Angeles, l'accident s'est produit sur la voie d'accès au garage de l'acteur à San Fernando Valley, vers 01h10, alors qu'il se préparait à rencontrer des amis pour une répétition et était momentanément descendu de sa voiture.

La voiture «a fait marche arrière sur la rampe d'accès qui est en forte pente, le clouant contre un pilier de brique servant de boîte aux lettres et une clôture de sécurité», a expliqué une porte-parole de la police, Jenny Hauser.

L'autopsie «est terminée» mais les résultats n'ont pas encore été divulgués, a indiqué lundi à l'AFP le bureau de médecine légale de Los Angeles.

Ses amis qui ne le voyaient pas venir ont retrouvé l'acteur mort près de sa voiture, selon la police, sans qu'on sache combien de temps s'était écoulé depuis l'accident.

Pas de solution technique

La Jeep Grand Cherokee est dans le collimateur de la NHTSA, l'autorité du transport routier, qui a lancé une enquête en février à la suite de déplacements intempestifs de ces véhicules dont le levier de vitesse automatique était pourtant placée «en stationnement».

«Les conducteurs qui pensent que leur levier de vitesse est en position de stationnement peuvent être heurtés par le véhicule et blessés s'ils essaient de descendre de voiture alors que le moteur tourne et que le frein à main n'est pas engagé», a noté la NHTSA.

Il y a eu 28 blessés dans 117 incidents, mais aucun décès.

Dans son avis de rappel en avril, Chrysler n'indiquait toutefois pas avoir de solution technique au problème et n'avait pas encore individuellement prévenu les propriétaires.

Né en Russie à Saint-Pétersbourg, Anton Yelchin était arrivé aux États-Unis à l'âge de six mois avec ses parents, des patineurs vedettes du Ballet sur glace de Leningrad.

«J'ai un peu touché au patinage mais je n'étais pas très bon», avait-il expliqué en 2011 au Daily Beast, ajoutant qu'un ami de ses parents lui avait conseillé de prendre des cours pour devenir acteur de cinéma.

Il avait débuté sa carrière à l'âge de 9 ans, et avait décroché quelques rôles dans des séries télévisées dans les années 1990.

Perte «impardonnable» 

À 27 ans, il comptait une trentaine de films à son actif, sans compter ses apparitions dans des séries télévisées.

Il s'était fait surtout remarquer avec le rôle de Pavel Chekov dans Star Trek (2009) et Star Trek Into Darkness (2013). Il reprenait le rôle dans Star Trek Beyond qui sort le 22 juillet au Québec.

Yelchin avait percé dans Alpha Dog (2006) et avait aussi brillé dans Terminator Salvation (2009).

Il avait également joué dans Green Room, un polar salué par la critique l'an dernier.

Lundi, Hollywood pleurait la mort tragique du jeune homme.

Le réalisateur J.J. Abrams, qui l'avait fait tourner dans deux Star Trek, a tweeté un mot d'hommage manuscrit: «Tu avais un humour fou et tu étais suprêmement talentueux. Et tu n'es pas resté avec nous assez longtemps».

John Cho, un autre acteur de la série des Star Trek, lui a également rendu hommage sur le réseau social: «J'aimais tellement Anton Yelchin. C'était un authentique artiste -curieux, beau, courageux. Bon copain et bon fils. Je suis effondré».

Susan Sarandon, qui avait tourné avec lui dans la comédie Middle of Nowhere, l'a décrit comme «l'une des personnes les plus curieuses, drôles, gentilles que j'ai jamais connues». Elle a qualifié sa disparition d'«insupportable et impardonnable».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer