Félix et Meira couronné au FNC

Félix et Meira évoque une histoire d'amour improbable... (Photo fournie par la production)

Agrandir

Félix et Meira évoque une histoire d'amour improbable entre une femme juive hassidique mariée et un Québécois sans le sou.

Photo fournie par la production

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le long métrage québécois Félix et Meira de Maxime Giroux a remporté, ex-aequo, ce soir, la Louve d'or du meilleur long métrage de la compétition internationale du Festival du nouveau cinéma (FNC).

L'oeuvre de M. Giroux arrive en tête du palmarès à égalité avec le film français Spartacus et Cassandra de Ioanis Nuguet. Les deux réalisateurs repartent chacun avec des bourses de 7500 $.

Le film Antoine et Marie, second long métrage de Jimmy Larouche, remporte quant à lui le prix de la meilleure oeuvre de la section Focus réservée aux films canadiens et québécois.

Produit par Metafilms (Mommy, Bestiaire, Nuit #1), Félix et Meira est une improbable histoire d'amour entre un Québécois sans le sou (Martin Dubreuil) et une juive hassidique mariée et mère d'un enfant (Hadas Yaron). Le tout est campé dans le Mile-End, à Brooklyn et à Venise.

Le film, qui est le troisième long métrage de M. Giroux, avait remporté le prix du meilleur film canadien canadien il y a quelques semaines au Festival de Toronto (TIFF) où il avait été lancé en première mondiale. Il a par la suite été présenté en compétition officielle à San Sebastian en Espagne.

L'oeuvre, que les Québécois pourront voir en salles au début de 2015, a aussi été vendue à des distributeurs en France et aux États-Unis.

Le prix de l'innovation Daniel Langlois, saluant une oeuvre se démarquant par son audace esthétique, a par ailleurs été remis à Violet de Bas Devos (Belgique/Pays-Bas). Ce film a aussi obtenu le prix du meilleur film selon l'Association québécoise des critiques de cinéma.

C'est l'acteur australien David Gulpilil qui obtient l'unique prix d'interprétation du festival pour son rôle dans le long métrage Charlie's Country de Rolf de Heer.

Enfin, le prix du public est allé à Difret de l'Éthiopien Zeresenay Berhane Mehari. Il s'agit du tout premier long métrage de l'histoire à être réalisé et produit en Éthiopie. Plaidoyer en faveur de l'égalité des droits pour les femmes, ce film avait aussi obtenu la faveur du public à Sundance et Berlin plus tôt cette année.

Plusieurs autres prix ont été remis au cours de la soirée de clôture qui a lieu à l'auditorium Alumni de l'Université Concordia.

La 43e édition du FNC se terminera demain.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer