Image+Nation: une édition riche et touffue

The Way He Looks... (Photo: fournie par Image+Nation)

Agrandir

The Way He Looks

Photo: fournie par Image+Nation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La très dense 27e édition du festival Image+Nation propose, cette année, 43 programmes différents comprenant quelque 80 films, dont 22 longs métrages de fiction et 12 documentaires. Ces films ayant une thématique gaie, lesbienne, bisexuelle ou transgenre sont présentés aux cinémas Beaubien et Impérial, à l'ONF, à la Cinémathèque québécoise et au café Laïka, du 20 au 30 novembre. Voici cinq suggestions de films à voir...

The Way He Looks

Présenté en ouverture du festival, The Way He Looks est certainement un des plus beaux films de l'édition 2014 d'Image+Nation si ce n'est le plus beau.

Le long métrage du Brésilien Daniel Ribeiro, qui a remporté le prix Teddy au Festival de Berlin plus tôt cette année, raconte l'histoire de Leonardo, un jeune aveugle qui subit les brimades des élèves de son école.

À la recherche de l'amour et de l'amitié, il va finir par trouver son bonheur grâce à son amie Giovana, mais surtout grâce à Gabriel, un jeune qui va tomber sous son charme.

Voici un film touchant, drôle, sincère et magnifiquement interprété.

Jeudi 20 novembre, 19h30, au cinéma Impérial.

Guilda... (Photo: fournie par Image+Nation) - image 2.0

Agrandir

Guilda

Photo: fournie par Image+Nation

Guilda

Ce documentaire très bien monté de Julien Cadieux rend hommage à Guilda, comédien, transformiste et peintre disparu en 2012 et qui a marqué la scène artistique française et québécoise de 1946 à 2000.

Il montre combien cet homme issu de la noblesse (son vrai nom était Jean Guida de Mortellaro) avait une double personnalité.

«Elle gagnait beaucoup d'argent, dit-il dans le documentaire en parlant de celle qu'il interprétait. Elle m'a donné une belle vie que je n'aurais pas eue autrement.»

Ses amis (notamment Vic Vogel et Gilles Latulippe), sa fille, sa soeur, parlent de lui et de sa vie pas toujours rose...

Dimanche 30 novembre, à 20h, au cinéma Impérial.

Land of Storms... (Photo: fournie par Image+Nation) - image 3.0

Agrandir

Land of Storms

Photo: fournie par Image+Nation

Land of Storms

Être homosexuel dans un milieu ultra viril et homophobe comme une équipe de soccer en Allemagne, un défi voué à l'échec pour Szabolcs, joueur hongrois très prometteur.

Du coup, il abandonne sa passion et retourne dans son coin de pays, une campagne à la grande tradition catholique.

Il finit par y restaurer une maison dont il a hérité et par nouer une relation avec Aron, dont la préférence sexuelle est encore ambiguë.

Évitant les clichés, le film d'Ádám Csász ne manque pas de scènes homoérotiques et évoque combien l'acceptation de la différence sexuelle est loin d'être acquise dans certains pays européens...

Mercredi 26 novembre, à 19h15, au cinéma Beaubien.

Appropriate Behaviour... (Photo: fournie par Image+Nation) - image 4.0

Agrandir

Appropriate Behaviour

Photo: fournie par Image+Nation

Appropriate Behaviour

Bien accueilli aux États-Unis, notamment par le magazine Vanity Fair, ce film de Desiree Akhavan raconte l'histoire de Shirin (Desiree Akhavan), une bisexuelle d'origine iranienne qui vit à Brooklyn et a bien du mal à se remettre de sa séparation avec Maxine (Rebecca Henderson).

Appropriate Behaviour aborde les difficultés de la sortie du placard et de l'acceptation sociale quand on est lesbienne.

Le début du film donne le ton. Quand Shirin quitte sa blonde en ne conservant de l'appartement de Park Slope qu'un dildo, on comprend qu'il s'agit avant tout d'une comédie teintée de romantisme avec une pointe de mélodrame...

Samedi 22 novembre, à 19h15, au pavillon Judith-Jasmin de l'UQAM (Annexe PGM10).

Lilting... (Photo: fournie par Image+Nation) - image 5.0

Agrandir

Lilting

Photo: fournie par Image+Nation

Lilting

Le film de Hong Khaou (Royaume-Uni) est d'abord l'histoire de Junn, une femme d'origine chinoise et cambodgienne qui a bien du mal depuis des années à s'adapter à la vie londonienne, d'autant plus qu'elle ne parle pas ni ne comprend l'anglais.

Quand son fils meurt subitement, elle est contactée par le copain de celui-ci qui, bouleversé, essaie de créer une communication avec Junn dans le but de faire un peu revivre le cher disparu et de trouver du réconfort auprès d'elle. Mais ce n'est guère facile...

Jeudi 27 novembre, à 19h, au cinéma Impérial.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer