Manque de diversité aux Oscars: d'autres voix s'élèvent

L'actrice Jada Pinkett Smith, qui est mariée à... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

L'actrice Jada Pinkett Smith, qui est mariée à Will Smith dont la performance dans Commotion a été ignorée par l'académie, a annoncé qu'elle n'assisterait pas à la soirée des Oscars et qu'elle ne la regarderait pas.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
New York

Les appels à boycotter la cérémonie des Oscars en raison du manque de diversité culturelle dans les nominations se multiplient et poussent d'autres vedettes à choisir leur camp.

Pour la deuxième année consécutive, tous les 20 acteurs et actrices en lice pour les prix d'interprétation de rôles principaux et de soutien sont blancs, ce qui déplaît à certaines personnes de l'industrie qui l'ont fait savoir.

Lundi, le réalisateur Spike Lee et l'actrice Jada Pinkett Smith ont dénoncé l'uniformité des nominations. Mme Pinkett Smith, qui est mariée à Will Smith, dont la performance dans Commotion a été ignorée par l'académie, a annoncé qu'elle n'assisterait pas à la soirée des Oscars et qu'elle ne la regarderait pas.

Le lendemain, le révérend Al Sharpton, un militant bien connu de la défense des droits des Afro-Américains, a indiqué qu'il ferait campagne pour que le public boycotte le gala télévisé du 28 février.

La présidente de l'Académie des arts et des sciences du cinéma, Cheryl Boone Isaacs, qui a fait de grands efforts pour diversifier l'académie, a fait paraître un communiqué déclarant que des mesures supplémentaires seraient prises rapidement pour assurer une plus grande diversité au sein des membres du prestigieux organisme.

Mais la controverse ne s'est pas arrêtée là. D'autres vedettes ont ajouté leur voix aux opposants, dont George Clooney, qui estime qu'après un léger progrès, l'industrie a de nouveau reculé. Il considère que des films comme Creed, Straight Outta Compton, Beasts of No Nation et Commotion auraient mérité plus d'attention de l'académie.

«Il devrait y avoir 20 ou 30 ou 40 films de qualité qui sont considérés pour les Oscars. En passant, nous parlons des Afro-Américains. Pour les hispaniques, c'est encore pire. Il faut s'améliorer. Nous étions meilleurs avant», a fait valoir M. Clooney.

Mme Isaacs a retenu les services de Chris Rock, un humoriste et acteur noir, pour animer la soirée. Mardi, la pression s'est dirigée vers lui. Sur les réseaux sociaux, le rappeur 50 Cent l'a interpellé directement: «Chris, s'il-te-plaît, ne fais pas les Oscars. Tu représentes beaucoup, mec, ne le fais pas.» L'animateur n'a pas immédiatement réagi.

L'actrice noire Lupita Nyong'o, pour sa part, s'est dite déçue du «manque d'inclusion». Celle qui a remporté le trophée de l'actrice de soutien en 2014 pour son rôle dans 12 Years A Slave a affirmé, mardi soir sur Instagram, que les Oscars devraient être «le reflet diversifié du meilleur de ce que notre art a à offrir».

En 2012, le Los Angeles Times avait réalisé une étude et révélé que 94 pour cent des membres de l'académie étaient blancs, et masculins à 77 pour cent.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer