L'Autre Saint-Jean 2015 n'aura pas lieu

Lisa LeBlanc au parc du Pélican, l'été dernier.... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Lisa LeBlanc au parc du Pélican, l'été dernier.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Autre Saint-Jean, qui réunit depuis six ans des groupes émergents francophones et anglophones le 23 juin au parc du Pélican, dans le quartier Rosemont, n'aura pas lieu cette année. Les organisateurs ont récemment décidé d'annuler l'événement quand la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB) a annoncé que le spectacle de la Fête nationale aurait lieu le même jour à Montréal.

Ce n'est pas de gaité de coeur que Pierre Thibault, fondateur et programmateur de l'événement, a confirmé l'information à La Presse. «Avec le spectacle de la SSJB qui déménage du 24 au 23 juin, mais aussi en raison d'une programmation qui commence drôlement à nous ressembler, on a décidé de prendre une pause pour voir si les gens veulent toujours une fête de quartier dans Rosemont», a-t-il dit.

L'an passé, près de 15 000 Montréalais se sont rendus au parc du Pélican pour assister gratuitement aux spectacles de Lisa LeBlanc, Alex Nevsky, Random Recipe, Dead Obies et autres. Or, avec un budget d'exploitations d'environ 100 000 $, entièrement dépourvu (ou presque) de fonds public, les organisateurs ont craint de ne pas rentabiliser l'événement si les Montréalais étaient moins au rendez-vous.

«Le MNQ (et la SSJB) ne nous donnent pas d'argent. Nos principaux partenaires étaient le Mouvement des caisses Desjardins, les Brasseurs de West Shefford et l'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie. Si on avait organisé L'Autre Saint-Jean malgré tout et qu'il avait plu, nous faisant perdre beaucoup de spectateurs, on n'aurait pas été en mesure d'assumer la perte», a expliqué M. Thibault.

Mais si le spectacle officiel de la Fête nationale à Montréal engendrait un si grand risque, pourquoi ne pas tenir L'Autre Saint-Jean le 24 juin, plutôt que le 23?

«L'Autre Saint-Jean, c'est vraiment un gros party. En faisant ça le 23, les gens pouvaient se reposer le lendemain, puisque c'est un jour férié. Faire le même show le 24, ce n'était pas envisageable», a-t-il répondu, répétant qu'il espérait que l'événement se tienne l'an prochain, si la pression populaire se fait sentir.

Organisé pour la première fois en 2009, L'Autre Saint-Jean s'est d'abord fait connaître en causant une polémique linguistique après avoir invité des groupes musicaux anglophones pour un spectacle de la Fête nationale du Québec.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer