Claude Mégo Lemay: regarder vers l'avant

Mégo a agi à titre de directeur musical de... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Mégo a agi à titre de directeur musical de Céline Dion pour la scène pendant 28 ans, avant de se voir montrer la porte, l'année dernière.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le nouvel album de Lynda Lemay, Claude Mégo Lemay a fait appel aux trois musiciens qui ont été virés en même temps que lui de l'équipe de Céline Dion l'an dernier: le guitariste André Coutu, le claviériste et programmateur Yves Frulla et le violoniste Jean-Sébastien Carré.

«Ce n'est pas parce qu'ils étaient avec Céline, lance Mégo. Ce sont des amis talentueux que je connais tellement que je sais ce qu'ils vont apporter de positif.»

Depuis qu'il ne fait plus partie de Team Céline, Mégo a pris le temps de s'installer au Québec avec sa femme et ses deux jeunes enfants, nés aux États-Unis.

Sur le plan professionnel, il a coréalisé le nouvel album de Lynda Lemay et signé ces dernières années des orchestrations pour Angèle Dubeau et La Pièta. Il n'est pas peu fier de m'apprendre que Shawn Phillips a accepté de jouer à la récente Fête de la musique de Tremblant parce qu'il avait aimé son orchestration de sa chanson Woman sur l'album Blanc d'Angèle Dubeau.

Mégo n'a pas assisté au récent spectacle de Céline Dion au Québec. Il ne sait toujours pas pourquoi il a été renvoyé, mais il a cessé de se poser la question.

«C'est un sujet que j'essaie d'évacuer parce que ça m'a fait mal. Aujourd'hui, je suis heureux, et revenir en arrière, c'est difficile pour moi. Je n'ai plus grand-chose à dire là-dessus, life goes on et on regarde en avant.» 

«Ce que je vois en arrière, ce sont les années extraordinaires que j'ai passées avec Céline. Elles vont toujours être un souvenir merveilleux.»

Il n'a tellement pas envie de vivre dans le passé qu'il a renoncé à écrire sa biographie qui aurait porté sur les 30 dernières années de sa vie et aurait donc forcément porté sur ses «années Céline». Par contre, il se consacrera cet automne à l'enregistrement d'un album de piano solo sur lequel on pourrait même l'entendre chanter.

Il aimerait y jouer aussi bien de ses propres compositions que du Ravel, du Satie, du Billy Joel ou une pièce de Stefano Arnaldi entendue dans le film Besieged de Bertolucci.

«Contrairement à un livre, la musique, je peux en faire ce que je veux. Et la musique parle plus.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer