• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Transformation de La Presse: le PQ ne bloquera pas la tenue d'un vote 

Transformation de La Presse: le PQ ne bloquera pas la tenue d'un vote

Le logo de La Presse, à l'entrée principale des... (André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Le logo de La Presse, à l'entrée principale des bureaux du quotidien.

André Pichette, archives La Presse

(Québec) Le Parti québécois (PQ) « n'empêchera pas la tenue [d'un] vote » cette session-ci concernant le projet de loi transformant la structure de propriété de La Presse, mais il abordera la question de sa ligne éditoriale mercredi lors de la commission parlementaire qui accueillera l'entreprise, des syndicats et d'autres organisations médiatiques.

Pour permettre à La Presse de changer sa structure en organisme à but non lucratif (OBNL), les parlementaires doivent d'abord modifier une loi privée datant des années 1960 qui encadre sa propriété. 

Mercredi, la commission de la culture et des communications procédera à des auditions publiques concernant ce projet de loi. Les dirigeants de La Presse, de même que le président de Power Corporation du Canada, André Desmarais, seront entendus par les députés. Québecor Média doit également témoigner et le président de l'entreprise et ex-chef du PQ, Pierre Karl Péladeau, a écrit sur Twitter qu'il y sera et que « ça risque d'être distrayant ! ».

En mêlée de presse, Pascal Bérubé a affirmé mercredi matin qu'il questionnerait les dirigeants du journal sur la ligne éditoriale du média. Selon lui, si l'entreprise transformée en OBNL souhaite éventuellement donner des reçus d'impôts pour les dons qu'elle pourrait recevoir, elle ne pourrait plus - selon les termes actuels de la loi - favoriser un parti politique dans ses pages éditoriales.

« C'est important La Presse au Québec », a également réitéré le député péquiste, rappelant que tous les parlementaires devront unanimement consentir à la tenue d'un vote sur le projet de loi en raison du peu de temps qu'il reste avant la fin de la session parlementaire.

Certains intervenants qui ont été invités par des parlementaires à venir s'exprimer lors des auditions publiques en commission parlementaire, ce mercredi, ne seront finalement pas présents à Québec. Sur une version de l'horaire publiée plus tôt cette semaine figuraient Le Soleil, le HuffPost, l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques, des universitaires, et des associations de médias communautaires. Ces organisations ont refusé l'invitation et ne sont plus inscrites à l'horaire final. 

«Comme d'autres probablement, j'ai décliné la convocation de la Commission de la culture et de l'éducation de l'Assemblée nationale du Québec, concernant le projet de loi 400 qui modifie la loi sur La Presse. (...) Cela ne regarde que les propriétaires, les dirigeants et les employés de La Presse. Comme bien d'autres, je ne suis qu'un observateur, pas une partie-prenante», a indiqué mardi sur Facebook Marc-François Bernier, spécialiste des médias et professeur à l'Université d'Ottawa.

«Cette commission parlementaire risque d'être une véritable ingérence injustifiée dans la vie d'un média, pour toutes sortes de mauvaises raisons (concurrence, règlements de comptes, partisanerie, etc)», a-t-il ajouté.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer