• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Réplique à André Arthur qui a invité les conducteurs à «frapper» les cyclistes 

Réplique à André Arthur qui a invité les conducteurs à «frapper» les cyclistes

« Moi, ma définition d'un idiot, c'est quelqu'un qui... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

« Moi, ma définition d'un idiot, c'est quelqu'un qui fait du bicycle en hiver [...]. Aujourd'hui, quelqu'un en bicycle, frappez-le, soulagez-les, faites quelque chose », a déclaré l'animateur André Arthur sur les ondes de la radio BLVD.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les propos d'André Arthur invitant ses auditeurs à heurter les cyclistes qu'ils croisent ont choqué et écoeuré les survivants et les endeuillés de la tragédie de Rougemont, qui a fait trois morts en mai 2010.

La soeur de Lyn Duhamel, une des trois cyclistes heurtées mortellement par un automobiliste, a décidé hier d'envoyer une lettre à André Arthur. Elle y a joint une photo de sa soeur à vélo, qu'elle aimerait que l'animateur de radio de Québec affiche sur son bureau pour éviter d'autres dérapages du genre.

« Ma soeur était exceptionnelle. Quand elle est morte, ça a brisé mes parents. Mon père est mort trois ans plus tard, raconte Jo-Anne Dumont. On est convaincus que c'est ça qui l'a tué. »

« Cet homme-là doit se rendre compte qu'il y a des familles derrière tout ça. Et lui, il fait des farces... C'est affreux », poursuit Jo-Anne Dumont, dont la soeur avait 39 ans quand elle est morte sous les roues d'une camionnette.

« Ça ramène beaucoup de tristesse. Est-ce que quelqu'un peut être aussi irresponsable en exerçant le journalisme ? » - Jo-Anne Dumont

Lundi, sur les ondes de la station BLVD, André Arthur, aux côtés de Nathalie Normandeau, a lancé une charge contre les cyclistes. « Moi, ma définition d'un idiot, c'est quelqu'un qui fait du bicycle en hiver [...]. Aujourd'hui, quelqu'un en bicycle, frappez-le, soulagez-les, faites quelque chose », a dit l'animateur de 73 ans.

Mardi, Arthur est revenu sur ses déclarations et s'est excusé. « J'essayais de dire : j'ai toujours peur de les frapper. Malheureusement, j'ai eu une crampe au cerveau et j'ai dit quelque chose d'absolument inacceptable au pied de la lettre. Je m'en excuse », a précisé Arthur.

« Ceux qui connaissent ma façon de m'exprimer des fois colorée ont compris qu'Arthur ne voulait pas dire : "Allez tuer un cycliste aujourd'hui." » - André Arthur, animateur à la station BLVD

« Mais ç'a été interprété comme ça sur certains endroits du Net où on fait des cabales très poussées sur certaines formes de radio », a-t-il ajouté.

La station radiophonique BLVD, anciennement CKOI à Québec, a défendu son animateur. « Il est certain que BLVD ne tolérerait pas quelque forme que ce soit d'incitation à la violence sur ses ondes, mais notre révision de la situation nous mène à conclure que ce n'est pas ce qui s'est passé ici », a dit à La Presse Jean-François Leclerc, vice-président de Leclerc Communication, propriétaire de la station.

« Par ailleurs, je ne commenterai pas si M. Arthur a fait l'objet de sanctions disciplinaires ou non, car il s'agit de questions qui relèvent, sur une base de principe, de sa vie privée », a ajouté M. Leclerc.

VÉLO QUÉBEC INVITE LE PUBLIC À PORTER PLAINTE

Les excuses d'Arthur n'ont pas convaincu France Carignan, survivante de la tragédie de Rougemont. La Montréalaise a perdu sa conjointe dans l'incident, Christine Deschamps, avec qui elle s'entraînait en prévision d'un Ironman.

Ce jour de mai 2010, elles roulaient avec quatre autres cyclistes quand le conducteur d'une camionnette se serait endormi au volant. L'homme les a percutées de plein fouet. Il n'a jamais reçu d'accusations.

« Ça frappe pas mal, ces propos. C'est surréaliste. C'est sûr qu'André Arthur, pour moi, n'a pas beaucoup de crédibilité », lance Mme Carignan. 

« Mais il a de bonnes cotes d'écoute à Québec, alors ce qu'il dit peut avoir un impact sur certains de ses auditeurs qui haïssent les cyclistes et se disent : "J'ai raison, je ne suis pas tout seul." » - France Carignan, survivante de la tragédie de Rougemont

« Les auditeurs qui entendent ça, qu'est-ce qu'ils entendent ? Que s'ils frappent un cycliste, c'est pas grave ! affirme quant à elle Karine Desormeaux, autre survivante de la tragédie. C'est inciter à la haine. Quand on regarde le Code criminel, c'est clairement ça. Il y a trop de haine sur les routes, on n'a pas besoin d'en rajouter. »

Vélo Québec a invité mardi le public à déposer une plainte au Conseil canadien des normes de la radiotélévision. Contacté par La Presse, le CCNR n'était pas en mesure de dire combien de plaintes avaient été enregistrées depuis deux jours.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer