Miranda Sings: née pour être célèbre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Elle est l'une des youtubeuses les plus populaires au monde, avec plus de 7 millions d'abonnés et 1 milliard de visionnements de ses vidéos. Elle a maintenant sa propre série télé, Haters Back Off!, sur Netflix. Découvrez Miranda Sings ou la quintessence du mariage entre la comédie et les réseaux sociaux.

Celle que vous aimez détester

Miranda Sings est un personnage créé par la comédienne et humoriste californienne Colleen Ballinger en 2008. Sa conceptrice résume très bien l'essence de Miranda: «Elle est tout ce que vous détestez sur YouTube.» Maquillée de façon outrancière, narcissique, obsédée par la célébrité, Miranda Sings se filme en train de chanter et de danser (très mal) ou propose des tutoriels qu'il vaut mieux ne pas suivre. Elle est une caricature de ces milliers de personnes qui alimentent YouTube de leurs opinions et performances dont on n'a pas vraiment besoin. Et ça, ça vient avec les «haters», c'est-à-dire ceux qui passent leurs journées à dénigrer les autres sur les réseaux sociaux. Ce n'est pas pour rien que sa première série télé s'intitule Haters Back Off! (traduction libre: «reculez, les haineux!»).

Youtubeuse milliardaire

La chaîne YouTube de Miranda Sings compte plus de 7 millions d'abonnés, ce qui en fait l'une des personnalités les plus populaires du réseau social. L'an dernier, le Hollywood Reporter l'a classée dans son top 25 des stars du numérique, et elle a remporté un Teen Choice Award comme webstar de l'année. Son personnage l'a menée à des participations à la télé «traditionnelle», dans des émissions comme The Tonight Show ou Comedians in Cars Getting Coffee. Miranda Sings est une véritable poule aux oeufs d'or, puisqu'elle fait des tournées et a publié un livre de croissance personnelle. L'une de ses vidéos les plus connues est son atroce interprétation de Shake it Off de Taylor Swift: plus de 54 millions de visionnements à ce jour.

Follement branchée

La créatrice et son double maléfique sont un média en soi. En plus de sa chaîne YouTube - qui compte un millier de vidéos -, Miranda Sings est sur Twitter, Facebook, Instagram, Vine, etc., elle possède sa propre boutique de produits et son site web. Colleen Ballinger, en tant qu'elle-même, alimente d'autres chaînes sur YouTube: PsychoSoprano (4 millions d'abonnés) et ColleenVlogs (près de 1 million d'abonnés). La combinaison des visionnements de ses chaînes dépasse le milliard de vues! Ça fait beaucoup de «Mirfandas», le nom qu'elle donne aux fans de Miranda Sings.

Vie publique, vie privée

Dans la vie privée - si une telle chose existe dans l'univers de cette comédienne consacrée par les médias sociaux -, Colleen Ballinger a épousé l'an dernier un autre youtubeur, Joshua Evans. Mais le 30 septembre dernier, elle a publié une vidéo intitulée Life Update dans laquelle elle annonçait son divorce. Larmes et confessions sur l'envers du décor de ce couple dont le mariage a été regardé par 12 millions d'internautes. Joshua a publié de son côté une vidéo intitulée Heartbroken. Mais ces deux-là ont tellement scénarisé leur vie que beaucoup se demandent s'il s'agit d'un coup de pub - auquel cas il a été un peu gâché par la rupture entre Brad Pitt et Angelina Jolie survenue la même semaine...

La série télé

Netflix, toujours à la recherche de phénomènes qui pourraient garnir son catalogue, a commandé 8 épisodes de 30 minutes d'une série inspirée de Miranda Sings. Haters Back Off! (offert depuis vendredi) serait la première sitcom scénarisée par une personnalité YouTube, ce qui illustre à merveille l'esprit créateur des milléniaux qui bâtissent eux-mêmes leur public, ce qui finit par faire saliver la télé traditionnelle. On y suit Miranda Sings, persuadée d'être née pour être célèbre, entourée de sa mère (Angela Kinsey), son oncle (Steve Little) et son meilleur ami (Erik Stocklin), incapables de lui dire qu'elle n'a aucun talent. C'est là que nous pourrons découvrir si le personnage de Miranda Sings a assez de substance pour sortir de YouTube et intéresser les téléspectateurs. Mais les «Mirfandas», eux, seront certainement au rendez-vous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer