Mario Cecchini: l'homme qui aimait le changement

Mario Cecchini est depuis lundi dernier le nouveau... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Mario Cecchini est depuis lundi dernier le nouveau président de RNC Média, qui compte 16 stations de radio et 5 chaînes de télévision.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

Installé dans le fauteuil de président de RNC Média depuis lundi dernier, Mario Cecchini m'a reçu dès le surlendemain. Dans son bureau de la Place Ville Marie, plusieurs tableaux et objets décorent les murs et les étagères comme s'il l'occupait depuis des années. «Ça, c'est du Mario tout craché», me dit son adjointe avant d'ajouter que le patron serait en retard de quelques minutes.

Parfait, me suis-je dit, ça me donnera le temps de fouiner. Plusieurs photos de celle avec qui il partage sa vie depuis 23 ans et de leurs deux filles longent la fenêtre. Sur une plaque, une pensée rédigée en anglais qui est sans doute son mantra de gestionnaire et qui dit à peu près ceci: «Prends des risques. Oublie les règles. Jette les recettes. Colorie hors des lignes.»

Sur un mur, une affiche laminée de Martin Luther King et une autre de John F. Kennedy. «Celle-là me suit depuis 1987, me dit Mario Cecchini après une flamboyante arrivée. J'aime provoquer le changement. Ces figures sont inspirantes. Leur époque aussi. Dans les années 60, il y avait une volonté de tout changer. Ça me rejoint beaucoup.»

Le changement, c'est le principal moteur de celui qui a une riche expérience dans le domaine de la gestion des médias au Québec. De ses débuts à Télémédia en 1984, en passant par la haute direction de Zoom Média, Astral et Corus, il a toujours été mené par l'envie d'adapter l'industrie des médias aux nouvelles réalités. Cela fait de lui aujourd'hui un patron respecté et un gestionnaire écouté.

À la suite d'une restructuration de Corus l'hiver dernier, son rôle de président de la section québécoise de l'entreprise a pris fin abruptement. L'homme de 52 ans n'a pas été inactif longtemps. «Mon contrat a pris fin le 1er avril et le 7, je mangeais avec Raynald Brière, le vice-président exécutif du conseil d'administration de RNC Média.»

Jadis en compétition, les deux hommes travaillent maintenant ensemble à faire grandir ce groupe média qui compte dans son cercle 16 stations de radio, dont CHOI 98,1 Radio X et Rock 100,9 à Québec, le 91,9 Sport à Montréal, ainsi que 5 chaînes de télévision en Outaouais et en Abitibi-Témiscamingue.

«Entre Bell Média et Cogeco, je dirais que nous sommes le joueur modeste, dit Mario Cecchini. Mais attention, le joueur le plus agile.»

L'agilité, ce mot reviendra souvent dans la conversation. Il insiste aussi sur une approche locale du contenu. «Il faut être fort localement, c'est ça, le secret, dit-il. Oui, nous pourrions créer une autre station de sports à Québec, mais pour cela, il faudrait s'assurer d'avoir un contenu local fait par des équipes sur place.»

La passion des sports

Même s'il doit composer avec toutes les sphères du monde de l'information, Mario Cecchini avoue avoir un faible pour les sports. On sent que la station 91,9 Sport dont il est maintenant responsable aura toute son attention.

«Les sports, c'est devenu mon dada avec le temps. Les sports, c'est le fun, c'est rassembleur, ça réunit le grand-père et son petit-fils. Et la beauté avec le sport, c'est que tout le monde a raison. Quand il y a eu l'échange de Subban contre Weber, tout le monde avait raison.»

L'homme posé et sage qu'est Mario Cecchini devient le grand patron du très turbulent Jeff Fillion. Le collectionneur de controverses a récemment effectué un retour à Radio X à Québec. Je demande à Mario Cecchini comment il perçoit les animateurs débridés comme Fillion.

«Au début de ma carrière, j'ai connu l'ère Pascau et Proulx. Je connais bien la nouvelle génération d'animateurs. Alors, je vis très bien avec ça. Oui, ça peut être violent parfois, mais quand un animateur dénonce le fait qu'on n'offre aux personnes âgées qu'un bain par semaine, je comprends qu'on puisse être virulent.»

Il m'a répété que Jeff Fillion et les autres animateurs ont son entière confiance. «S'ils ne l'avaient pas, ils ne seraient pas en ondes au moment où l'on se parle.»

Savoir décrocher

Trente-deux ans comme patron de différents groupes médias, c'est exigeant, c'est usant. Mario Cecchini ne semble pas avoir perdu la fibre de ses débuts. Son secret: savoir décrocher quand il le faut.

«C'est un univers qui laisse peu de répit. Mais quand j'ai retourné tous mes courriels et quand j'enfile mon casque avant de dévaler une pente de ski, le message est clair: je décroche.»

Ces moments de décrochage, Cecchini les vit en famille. Celle qu'il a épousée en 1993, Danielle Simard, et ses deux filles de 18 et 22 ans sont toute sa vie. «Ma plus jeune va avoir 18 ans. On lui organise un party vendredi», me dit-il les yeux brillants.

En 2007, sa femme a appris qu'elle était atteinte d'un cancer du sein. Le couple est passé à travers cette épreuve avec succès. C'est pourquoi ils ont créé deux ans plus tard la Fondation Événements Victoire. Chaque année, un spectacle-bénéfice est organisé avec une vedette de la chanson (Gregory Charles, Marc Hervieux, Robert Charlebois). À ce jour, la fondation a remis 640 000 $ pour lutter contre le cancer du sein.

Depuis janvier dernier, Mario Cecchini est également le nouveau président de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision (ACCT). La journée de notre rencontre, une équipe venait enregistrer le message officiel qui sera diffusé lors du prochain gala des Gémeaux. «Ce que je porte aujourd'hui, je dois le reporter le soir du gala. Il faut que je sois raccord», dit-il en riant.

Au cours des prochains mois, Mario Cecchini aura plus que des préoccupations vestimentaires devant lui. Un grand défi l'attend. Un autre de plus dans sa carrière. Quelques fois durant l'entretien, il a mis la main sur un cartable. C'est sans doute là-dedans qu'il a rassemblé ses idées pour faire évoluer RNC Média. Des idées qui se feront bientôt entendre ou voir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer