Jeff Fillion suspendu par Bell Média

Jeff Fillion... (PHOTO LE SOLEIL)

Agrandir

Jeff Fillion

PHOTO LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

Un animateur peut-il perdre son micro pour ses propos tenus sur les réseaux sociaux? Oui aux yeux de Bell Média - propriétaire de la station Énergie 98,9 - qui a suspendu hier jusqu'à nouvel ordre son animateur-vedette Jeff Fillion pour quelques caractères publiés sur son compte Twitter dimanche soir.

Le controversé animateur de la Vieille Capitale a par la même occasion été suspendu de 100 % Fillion, l'émission de télévision qu'il pilote sur TV1, également une propriété de Bell Média.

«M. Fillion a tenu des propos publics offensants qui ne rencontrent pas le Code de conduite de Bell ni ne reflètent notre engagement envers la communauté. Il a été suspendu de ses fonctions chez Bell», a brièvement déclaré Bell Média par courriel hier après-midi.

Le propriétaire n'a pas voulu préciser durant combien de temps Jeff Fillion sera privé de ces tribunes. «On s'en tiendra à ceci pour l'instant», a tranché par courriel le porte-parole Olivier Racette.

De son côté, Jeff Fillion a parallèlement fermé son compte Twitter hier.

Rappelons que ce dérapage s'est amorcé dimanche soir, lors du passage de l'homme d'affaires Alexandre Taillefer sur le plateau de Tout le monde en parle.

Venu promouvoir son entreprise de transport électrique Téo Taxi, l'ancien dragon a aussi brisé le silence entourant le suicide de son fils de 14 ans en décembre dernier. M. Taillefer a raconté que son fils avait partagé ses idées suicidaires sur le site Twitch, qui appartient à l'entreprise Amazon. L'entrepreneur a donc profité de l'occasion pour indiquer qu'Amazon pourrait faire preuve de vigilance à l'endroit des messages suicidaires diffusés sur ses plateformes. «Amazon, qui est capable de détecter que tu veux des souliers rouges par les mots-clics, ne fait rien si tu écris "suicide". Je pense qu'il faut changer les choses», avait lancé Alexandre Taillefer.

Jeff Fillion a publié son tweet peu de temps après. «C'est de la faute de Amazon...», a-t-il écrit, en partageant un article concernant le cri du coeur de M. Taillefer au sujet de son fils.

Le commentaire est passé de travers chez bon nombre d'internautes. «Je souhaite sincèrement que rien de dramatique ne t'arrive Jeff, car tu seras tout seul», a notamment répliqué Guy A. Lepage.

«Sérieux Jeff, le raccourci est beaucoup trop gros. Come on. La douleur d'un père qui perd son enfant... Rien d'autre à ajouter», a pour sa part indiqué le collègue de La Presse Hugo Dumas.

Le principal intéressé s'est excusé du bout des lèvres au micro d'Éric Salvail et les Fantastiques (Énergie 94,3) lundi, affirmant que son commentaire a été pris hors contexte. «Je n'avais pas vu l'émission, c'était ma réaction sur le texte que je trouvais un peu insignifiant», s'est défendu Jeff Fillion, ajoutant qu'il n'avait jamais eu de mauvaise intention contre Alexandre Taillefer et qu'en tant que père, il avait lui-même été touché par le suicide de son garçon.

Devant le tollé, Bell Média a néanmoins décidé de sévir.

Il faut dire que quelques heures plus tôt, Alexandre Taillefer interpellait directement la direction de Bell Média au micro de Paul Arcand, en plus d'y aller d'une réplique acerbe contre Jeff Fillion sur Twitter. 

«Je suis profondément offusqué par ce message. Attaquez mes taxis tant que vous voulez. Mais mon fils??? Vous êtes odieux.»

Les événements ont évidemment fait jaser dans les différentes stations de radio du 418. À Radio X, l'animateur - et compétiteur de Jeff Fillion - Denis Gravel a surtout rappelé les risques de sévir sur les réseaux sociaux, expliquant pourquoi il se tient lui-même loin de Twitter. «C'est bien trop dangereux et ça a la capacité de détruire un gars en une journée», a-t-il souligné hier à son émission.

Plusieurs frasques

Depuis le début de sa carrière, Jeff Fillion collectionne les frasques.

Roi des ondes durant près de 10 ans d'une émission matinale à CHOI-FM (1996-2004), ses propos incendiaires et les nombreuses plaintes lui avaient attiré les foudres du CRTC, qui menaçait de fermer la station.

En 2005, l'animateur et des membres de son équipe avaient été condamnés à payer 300 000 $ à l'animatrice Sophie Chiasson, en raison de propos sexistes et injurieux à son endroit.

Jeff Fillion avait quitté CHOI-FM dans la tourmente, mais d'autres procès se soldant par des amendes salées avaient suivi.

Après CHOI-FM, Jeff Fillion avait fait sa niche sur le web avec RadioPirate, avant d'atterrir à NRJ en 2014.

L'avenir dira maintenant si Jeff Fillion pourra reprendre du service derrière un micro.

Au moment d'envoyer ces lignes, l'émission qu'il devait animer était diffusée sans lui, avec les membres de son équipe. «Qu'on soit pour ou contre, on s'en fout! L'important, c'est que vous êtes là!», a lancé le remplaçant de Jeff Fillion, remerciant les auditeurs de leur indulgence.

Des animateurs et des frasques

Gilles Proulx

Le populaire animateur a passé près de 50 ans derrière un micro et devant la télévision. Reconnu pour son franc-parler, il a néanmoins dépassé les bornes en 2005 sur les ondes de l'émission L'avocat et le diable de TQS, en tenant des propos méprisants au sujet d'une adolescente victime d'un viol crapuleux qui faisait alors la manchette. D'abord suspendu par la station de télévision, Gilles Proulx a ensuite remis sa démission, annonçant du coup son intention de tourner le dos à la polémique.

André Arthur

Aussi populaire que controversé, l'animateur, chauffeur d'autobus et ex-député indépendant André Arthur - surnommé «Le roi Arthur» - a souvent été plongé dans la tourmente au cours de sa longue carrière, collectionnant les poursuites en diffamation. Il a notamment été congédié de CJMF en 2001 pour ses propos au sujet d'un autre animateur, Robert Gillet. Il anime aujourd'hui l'émission du midi à CHOI-Radio X.

Robert Gillet

Éclaboussé dans le cadre de l'opération Scorpion, qui visait un réseau de prostitution juvénile, le prolifique animateur de Québec Robert Gillet a été congédié de CJMF en 2002. Il reviendra environ deux ans plus tard, mais une campagne menée contre lui par des animateurs concurrents a forcé la direction à le congédier à nouveau.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer