La Chine censure une websérie romantique gaie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

Une populaire websérie romantique chinoise racontant les amours de plusieurs adolescents gais a été retirée par les censeurs des principales plateformes internet, a rapporté mercredi un média officiel, tandis que les fans du feuilleton laissaient exploser leur frustration sur les réseaux sociaux.

Addiction, une série de 15 épisodes centrée sur la relation amoureuse compliquée de deux jeunes garçons, ne pouvait plus être regardée mercredi sur plusieurs plateformes internet et applications de téléphones intelligents, a constaté l'AFP.

La diffusion avait débuté fin janvier et douze épisodes avaient déjà été mis en ligne, quand l'ensemble de la série a été soudainement bannie des principaux sites de vidéo en streaming, indiquait mercredi le quotidien Global Times.

«Il n'y a aucune explication», se désolait l'auteur-producteur de Addiction, connue sous son pseudonyme de Chaijidan, dans des propos rapportés par le portail iFeng.

Pékin a dépénalisé l'homosexualité en 1997, mais les gais et lesbiennes chinois font encore l'objet d'une très forte pression familiale et sociale.

Sur un internet très étroitement encadré, les censeurs suppriment sans état d'âme tout contenu jugé «immoral»... et les contenus gais sont souvent victimes de leurs ciseaux.

L'an dernier, l'émouvant documentaire du réalisateur Fan Popo, Mama Rainbow, où des mères chinoises racontaient leurs réactions face au coming-out de leur enfant, avait été évincé des plateformes.

L'Administration d'État de la presse, de la publication, de la radio, du cinéma et de la télévision (SAPPRFT) n'a pas communiqué au sujet d'Addiction, mais pour les internautes, la série a évidemment été visée en raison de son thème - une bluette homosexuelle - et de dialogues très explicites.

Certains pointaient aussi un battage promotionnel audacieux, ou encore l'ingénieuse combinaison des prénoms des personnages, qui formait le mot «héroïne» (la drogue)... jeu de mot peu susceptible d'amuser les autorités.

L'interdiction d'Addiction était très largement dénoncée par les internautes. Dans un sondage en ligne du très officiel Comité pour le bien-être de la jeunesse de la ville de Chengdu, 93% des 20 000 répondants désapprouvaient la censure.

Chaijidan a cependant assuré que le tournage de la deuxième saison d'Addiction, qui doit débuter en mai, ne serait pas affecté.

Les histoires d'amours gaies s'avèrent populaires auprès des jeunes internautes chinois, notamment des jeunes filles, au point de faire l'objet de sous-entendus délibérés dans nombre de séries et films grand public chinois.

Une autre websérie, à thématique transgenre et au succès fulgurant, Go Princess Go, a également récemment disparu de l'internet chinois.

L'intrigue était audacieuse: le héros était un jeune homme contemporain se réveillant dans le corps d'une princesse de l'époque impériale, qui flirtait avec des jeunes filles avant de tomber amoureux d'un prince.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer