• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • Les Inrockuptibles veut «redevenir insupportable» 

Les Inrockuptibles veut «redevenir insupportable»

Le magazine culturel Les Inrockuptibles fête mercredi ses 30 ans avec... (CAPTURE D'ÉCRAN)

Agrandir

CAPTURE D'ÉCRAN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le magazine culturel Les Inrockuptibles fête mercredi ses 30 ans avec un numéro spécial (n°1054) et se donne pour mission de revenir au centre de la scène culturelle.

«Nous voulons refaire des Inrocks un journal qu'on entend, qui fait parler de lui (...) il faut qu'on redevienne insupportables» a déclaré à l'AFP le directeur de la rédaction, Pierre Siankowski.

Dans son numéro anniversaire, le magazine met en avant 30 oeuvres «indispensables» qui ont marqué la rédaction et 30 artistes de la jeune génération. Entre le sociologue Pierre Bourdieu, le touche-à-tout David Lynch et le rappeur américain Ilovemakonnen, Les Inrocks veulent repartir pour «les 30 années à venir».

«Nous faisons partie de ces derniers dingues qui croient qu'un disque, un livre, un film, une série, un spectacle ou une exposition peuvent devancer le politique et changer le cours d'une vie», écrit Pierre Siankowski dans son éditorial.

De retour aux Inrocks en janvier après un détour d'une saison sur Canal+, Pierre Siankowski a la tâche difficile de poursuivre la mue du titre.

Créé en 1986, Les Inrockuptibles était à l'origine un trimestriel musical consacré au rock, tiré à quelques milliers d'exemplaires, bricolé par une poignée de jeunes versaillais passsionnés de culture, dont Christian Fevret et Arnaud Deverre, qui avaient commencé dans les radios libres.

Le magazine devient mensuel en 1992 et s'ouvre progressivement aux autres champs culturels (cinéma, littérature, arts plastiques, spectacle vivant, etc.) Il se fait connaître en mettant en avant des artistes français alors inconnus du grand public, comme Dominique A ou Philippe Katherine. Il devient hebdomadaire en 1995 et s'ouvre aux sujets de société et à la politique et devient la référence des jeunes branchés.

Matthieu Pigasse, coactionnaire du groupe Le Monde depuis 2010, a pris le contrôle des Inrockuptibles en 2009, et y a ajouté Radio Nova en 2015 pour former un groupe multimédia.

Entre la promotion de jeunes groupes de rock et François Hollande dans un champ de cannabis devant l'Élysée, le magazine mise sur ses unes pour devenir «encore plus prescripteur», selon M. Siankowski.

La rédaction prépare une refonte de la version papier pour relancer les ventes. Après un rebond avec une nouvelle formule du magazine en 2011, elles étaient revenues en 2014 à une diffusion payée de 40 000 exemplaires en moyenne.

Pour résister à de nouveaux concurrents, comme le magazine Society lancé il y a près d'un sur le même créneau, le média trentenaire veut aussi renforcer sa présence sur internet.

Grâce à une politique de «curation» efficace et à leur réactivité, les Inrocks attire près de 7 millions de visites mensuelles sur le site, selon les chiffres de l'ACPM.

Le site devrait également connaître une refonte avant la fin de l'année 2016, selon son directeur, avec l'apport des talents audiovisuels de Radio Nova.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer