Journalistes, entre fiction et réalité

Amy Quinn (Amy Schumer) dans Trainwreck.... (IMAGE TIRÉE DU FILM)

Agrandir

Amy Quinn (Amy Schumer) dans Trainwreck.

IMAGE TIRÉE DU FILM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les journalistes ne se reconnaissent pas toujours dans le portrait qu'on fait d'eux au petit et au grand écran. Pour souligner le retour de la série Les jeunes loups à la télévision et le succès de Spotlight au cinéma, voici un petit survol des journalistes qui ont marqué l'imaginaire au cours des dernières années.

Les immoraux

Ils sont prêts à trahir un collègue ou à espionner la concurrence pour un scoop. Ils tombent amoureux de leur sujet et n'hésitent pas à avoir des relations sexuelles avec l'une de leurs sources. Ils évoluent dans des situations tirées par les cheveux, ne respectent aucune règle de déontologie et font parfois passer les journalistes pour des opportunistes sans coeur et sans morale, prêts à vendre leur mère au nom de l'ambition.

Zac Moran Lavigne (Alexandre Fortin) dans Nouvelle adresse

Amy Quinn (Amy Schumer) dans Trainwreck

Zoe Barnes (Kate Mara) dans House of Cards

Ilsa Trépanier (Bianca Gervais) dans Lance et compte

Les romantiques

Leur vie personnelle prend plus de place que leur travail de journaliste. Elles pianotent de temps à autre sur un clavier, parlent à l'occasion de leur condition de pigiste - dates de tombée, précarité financière, etc. -, mais c'est d'abord leur vie amoureuse et amicale qui est mise de l'avant.

Carrie Bradshaw (Sarah Jessica Parker) dans Sex and the City

Claire (Macha Limonchik) dans La vie, la vie

Les intenses

Bêtes, méchants, sans scrupules ou tout simplement bourreaux de travail... Chacun à leur façon, ces journalistes sont des êtres impossibles. Les deux premières terrorisent leurs employés, qu'elles traitent comme des esclaves, alors que les deux autres ne comptent plus leurs heures, négligeant leur entourage au nom de leur mission. Ils sont intenses et leur entourage en paie le prix. Bien sûr, toute ressemblance avec des personnes réelles est purement fortuite...

Michèle Lauzon (Véronique Le Flaguais) dans Rumeurs

Miranda Priestly (Meryl Streep, qui a reçu le Golden Globe de la meilleure actrice en 2007 pour son rôle) dans The Devil Wears Prada

Henry Hackett (Michael Keaton) dans The Paper

Jany Craig (Holly Hunter) dans Broadcast News

Zoe Barnes (Kate Mara) dans House of Cards.... (IMAGE TIRÉE DE LA SÉRIE) - image 2.0

Agrandir

Zoe Barnes (Kate Mara) dans House of Cards.

IMAGE TIRÉE DE LA SÉRIE

Les comiques

Ce sont des rigolos dont le travail journalistique n'a pas grand-chose à voir avec la réalité, les vrais journalistes étant beaucoup moins drôles... Leur style oscille entre le cocasse, le journalisme gonzo et le journalisme poubelle. Et si ces reporters existaient réellement, on peut penser qu'ils recevraient quelques blâmes du Conseil de presse du Québec.

Ron Burgundy (Will Ferrell) dans Anchorman

Borat Sagdiyev (Sacha Baron Cohen) dans Borat

Bridget Jones (Renée Zellweger) dans Bridget Jones's Diary

Les ambitieux

Elles sont à la recherche du scoop et de la renommée. Elles n'ont pas froid aux yeux, sont ambitieuses et paient souvent le prix de leur ambition: leur vie amoureuse est chancelante ou inexistante, leur vie familiale est difficile. Elles évoluent dans un monde d'hommes et se sentent souvent seules. Certaines ont plus de scrupules que d'autres, mais dans tous les cas, elles paient cher leur succès professionnel.

Katherine Fønsmark (Birgitte Hjort Sørensen) dans Borgen

Linda Hébert (Sylvie Bourque) dans Lance et compte

Sally Atwater (Michelle Pfeiffer) dans Up Close and Personal

Suzanne Stone (Nicole Kidman) dans To Die For

Les caricatures

Ils sont au journalisme ce que Slap Shot est au hockey. Une blague. Combien de films et de séries télé ont montré des journalistes tellement clichés qu'ils en étaient invraisemblables? Réponse: trop. Le comportement de ces journalistes est exagéré, ils disent et font des choses ridicules et se retrouvent dans des situations incongrues. À la fin, on ne sait plus s'il faut en rire ou en pleurer. Dépeints sans nuance ni subtilité, ils font une très mauvaise réputation au journalisme auprès de ceux qui ne connaissent pas le métier.

Louis Bloom (Jake Gyllenhaal) dans Nightcrawler

Jane Nichols (Katherine Heigl) dans 27 Dresses

Maripier Renaud (Catherine Bérubé) dans Les jeunes loups

Andie Anderson (Kate Hudson) dans How to Lose a Guy in 10 Days

Bianca Gervais incarne Ilsa Trépanier, jeune journaliste sans... (PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION) - image 3.0

Agrandir

Bianca Gervais incarne Ilsa Trépanier, jeune journaliste sans scrupules, dans Lance et compte 8.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Les redresseurs de torts

Ils incarnent les aspects les plus nobles du métier: aucune tâche ne les rebute. Ils cherchent la petite bête noire sans relâche. Ils sont empathiques, attentifs, sensibles. Ils débusquent le bandit, l'agresseur, le voleur. Et les films qui les mettent en vedette dépeignent plutôt bien leur travail au quotidien: beaucoup de temps passé au téléphone, à mener des entrevues et à écrire. Dans le cas de Spotlight (en nomination dans six catégories aux prochains Oscars), le réalisateur et le scénariste ont passé des heures à interviewer les reporters du Boston Globe qui ont révélé un scandale sexuel impliquant l'Église catholique. Ils leur ont même soumis le scénario afin d'éviter toute invraisemblance. Résultat: Spotlight est sans contredit un des meilleurs films sur le journalisme dans l'histoire du cinéma américain.

Mikaël Blomkvist (Michael Nyqvist) dans Millenium

Carl Bernstein et Bob Woodward (Dustin Hoffman et Robert Redford) dans All the President's Men

Les superhéros

Ces êtres exceptionnels représentent-ils le journaliste idéal? On ne les voit pas subir la pression de l'heure de tombée ni les exigences d'un chef de pupitre, ni même écrire. Ils ne vivent que les beaux côtés du métier: les rencontres, les voyages, les sensations fortes. Sans compter qu'ils se portent au secours de la veuve et de l'orphelin, élucident de grands mystères et font le bien autour d'eux. Ces personnages ont peut-être donné envie à des jeunes de devenir journaliste, mais leur vie est bel et bien celle d'un héros de bande dessinée.

Clark Kent (Christopher Reeve) dans Superman

Tintin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer