Génération YouTube

Plus besoin d'être rivé à son petit écran... (PHOTO CHRIS PIZZELLO, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Plus besoin d'être rivé à son petit écran pour suivre la soirée des Oscars. La 87e remise de prix, qu'a animée le comédien et chanteur Neil Patrick Harris, a été diffusée sur l'application mobile CTV GO.

PHOTO CHRIS PIZZELLO, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dimanche soir, les abonnés de Rogers et Bell ont pu regarder la cérémonie des Oscars en direct sur leur ordi, leur tablette ou leur téléphone grâce à CTV GO, une application pour iOS et Android.

Enfin, auront dit certains. Il était temps que les diffuseurs s'adaptent aux nouvelles façons de consommer la télévision. En fait, les choses commencent à bouger. Lentement, mais elles bougent. La semaine dernière, le patron d'ICI Radio-Canada, Louis Lalande, présentait son plan d'action numérique devant les membres de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision. Dans la salle, plusieurs grands acteurs de l'industrie, dont Richard Speer (Attraction Média), Monique Simard (SODEC), ainsi que des représentants d'Avanti, Bell, etc. Le message de Louis Lalande : la diffusion va changer et elle se déclinera sur toutes les plateformes, pas seulement à la télé. Bref, le diffuseur public nous annonce qu'il arrive, lui aussi, en 2015.

La télé sans la télé

On a célébré les 10 ans de YouTube la semaine dernière. Depuis la création de cette plateforme, la télé a connu une véritable révolution provoquée également par l'arrivée des appareils mobiles.

Le phénomène du cord cutting (soit les gens qui ont mis fin à leur abonnement au câble) est populaire chez les jeunes adultes, qui privilégient de plus en plus la télé branchée sur le web ou les plateformes de diffusion en ligne. Les parents d'ados vous confirmeront eux aussi que la télé familiale est souvent éteinte à la maison. Leurs enfants regardent leurs émissions préférées sur leur ordi, leur tablette et même leur téléphone.

La plus récente étude de Nielsen aux États-Unis le confirme : l'écoute de la télé traditionnelle a chuté de 10,6 % entre septembre et janvier derniers seulement. Les jeunes adultes se sont tournés vers Netflix, Amazon Prime, HBO GO...

20%
Baisse de l'auditoire de la télévision américaine de 2011 à aujourd'hui.

La situation est semblable au Québec. Selon le CEFRIO, les trois quarts des internautes âgés de 18 à 44 ans regardent des vidéos en ligne. Et plus ils sont instruits (cégep ou université), plus ils en regardent (dans une proportion de 62 %).

Une autre preuve que la vidéo est plus en demande que jamais : l'application Snapchat, hyperpopulaire chez les jeunes, a lancé le mois dernier son bouton Discover, grâce auquel on peut consulter des contenus vidéo de plusieurs diffuseurs, dont Vice, CNN ou Buzzfeed. Rappelons que le New York Times a estimé, la semaine dernière, que Snapchat valait de 16 à 19 milliards US...

Diffusion multiplateforme

À la remise des prix Golden Globes, en janvier, la série Transparent a remporté le prix de la meilleure série télé. Transparent ne porte pas la signature d'un grand réseau comme ABC, CBS ni même HBO ou Netflix. Cette série, qui raconte l'histoire d'un père de famille transgenre, a été produite par Amazon Prime et diffusée en ligne. Amazon (oui, le site où on achète des livres) n'est pas la seule plateforme à s'être lancée dans la production originale.

Après quelques ratés, YouTube aussi compte lancer des productions originales d'ici la fin de l'année.

À ICI Radio-Canada, on mise bien entendu sur la plateforme mobile ICI Tou.tv. Durant les Fêtes, la télé publique a expérimenté en diffusant en rafale les trois premiers épisodes de la deuxième saison de Nouvelle adresse avant leur diffusion à la télé traditionnelle. L'expérience a été un succès, nous dit-on. Attendez-vous donc à de plus en plus d'initiatives de ce genre en plus des séries exclusives (la prochaine, 7 $ par jour, sortira le 31 mars) qu'on y trouve déjà.

La menace Twitch

C'est clair, les diffuseurs télé traditionnels font du rattrapage. Mais ils ont beau lancer toutes sortes d'applications et de stratégies mobiles, ils ont plusieurs longueurs de retard sur YouTube et ses semblables. YouTube est encore incontournable (c'est ironiquement sur cette plateforme qu'on peut voir la vidéo des artistes à la défense de Radio-Canada), mais la concurrence est féroce. Elle provient pour l'instant de Facebook - pour le visionnement de vidéos - et Twitch pour la musique.

En effet, depuis un peu plus d'un an, les vidéos qu'on affiche sur Facebook roulent sans qu'on ait besoin d'appuyer sur « Play ». Résultat : il se regarde désormais plus de vidéos sur le réseau social que sur YouTube (12,4 milliards de visionnements, contre 11,3 milliards, selon les chiffres de Comscore d'août 2014).

Pour sa part, Twitch s'est lancée dans la diffusion de spectacles en direct, l'été dernier, en présentant le spectacle de l'artiste électro japonais Steve Aoki. Ce fut un succès et Twitch prévoit diffuser d'autres spectacles ainsi que des entrevues avec des artistes, des DJ, des producteurs, etc. Avec ses 100 millions de visiteurs par mois (!), voilà un géant qui risque de venir éroder l'auditoire de la télé et de la vidéo en ligne.

Bref, les choses vont vite, plus vite aux États-Unis qu'au Québec, où les séries numériques ne peuvent pas encore concourir dans la même catégorie que les séries traditionnelles aux prix Gémeaux. Ça viendra.

D'eux à nous

C'est le rêve de tout artiste (et de ses relationnistes) : contrôler le message, éliminer l'intermédiaire entre lui et son public. Et c'est de plus en plus facile grâce au web. Une nouvelle petite entreprise, Whalerock, offre de les aider à créer leur propre chaîne, hyperpersonnalisée. Vous adorez Kim Kardashian et les réseaux sociaux ne réussissent pas à assouvir votre dépendance ? Vous pourrez vous abonner à sa chaîne, et en échange de quelques dollars, vous aurez accès à des vidéos, des photos exclusives, des jeux, des objets promotionnels, etc. Une mauvaise nouvelle pour les médias traditionnels.

Source : The New York Times

Vidéo intégrée sur Twitter

Depuis cette semaine, la nouvelle version de l'application mobile de Twitter permet de tourner des vidéos de tout au plus 30 secondes qui seront automatiquement intégrées dans votre billet. On devine que cette nouvelle fonction servira surtout aux annonceurs que Twitter tente d'attirer par tous les moyens. Il faut croire que les six secondes de Vine n'étaient pas suffisantes pour les convaincre que Twitter est une plateforme intéressante pour eux. Intéressant aussi pour les équipes sportives... et pour les amateurs de vidéos de chatons mignons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer