Une programmation riche au 9e OFFTA

Dans MixOff, Emmanuel Schwartz, Adam Kinner, Sarah Berthiaume... (Photo: fournie par l'OFFTA)

Agrandir

Dans MixOff, Emmanuel Schwartz, Adam Kinner, Sarah Berthiaume et Olivia Boudreau ont été jumelés à des artistes belges pour créer des objets scéniques à la frontière de la danse, du théâtre, de la musique et des arts visuels.

Photo: fournie par l'OFFTA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aux grands maux, les grands remèdes. Les codirecteurs du OFFTA Jasmine Catudal et Vincent de Repentigny répondent aux mesures d'austérité par une riche programmation de performances multidisciplinaires en salles et à l'extérieur, place Émilie-Gamelin. La Presse vous propose six moments forts de ce festival des arts vivants présenté en marge du Festival TransAmériques (FTA).

MixOff

À la Galerie de l'UQAM le 27 mai

Les codirecteurs du OFFTA ouvrent les festivités avec leur traditionnel MixOff. Il s'agit de quatre courtes formes théâtrales imaginées par des artistes multidisciplinaires. Emmanuel Schwartz, Adam Kinner, Sarah Berthiaume et Olivia Boudreau ont été jumelés aux artistes belges Salvatore Calcagno, Vera Tussing, Florence Minder et Sabine Molenaar pour créer des objets scéniques à la frontière de la danse, du théâtre, de la musique et des arts visuels. Tout ce beau monde se rendra en septembre à Mons, en Belgique, pour poursuivre ces dialogues dans le cadre des Ailleurs en folie.

J'aime Hydro

À La Licorne le 4 juin

La dramaturge des Productions Porte-Parole, Annabel Soutar, qui nous avait offert le brillant docuthéâtre Seeds en recréant le procès du géant Monsanto contre un fermier de la Saskatchewan, s'intéresse cette fois à la transparence (ou l'opacité, c'est selon) d'Hydro-Québec. Elle a confié cette enquête à la comédienne Christine Beaulieu, qui se penchera sur la relation entre la société d'État et le citoyen. «C'est le premier épisode d'une plus longue série à venir», précise Jasmine Catudal, qui a également participé à la création du projet.

Terms of Service et Siri

À La Licorne les 1er et 2 juin.

Voilà un projet qui sort des sentiers battus. Terms of Service est une transposition musicale des conditions d'utilisation de Google auxquelles on adhère sans jamais vraiment faire cas du contenu. Ce projet ovni a été créé par John Boyle-Singfield, qui, malgré son nom à consonance américaine, vient de Chicoutimi. Un artiste qui s'intéresse à la marchandisation de l'art, précise Vincent de Repentigny, notamment à travers des installations multimédias. Toujours sur le thème du progrès technologique, Dany Boudreault a écrit une pièce baptisée Siri, du nom de la petite voix intelligente d'Apple. La comédienne Laurence Dauphinais interprétera seule ce monologue, dans lequel elle dialoguera... avec les réponses de Siri.

Orphée karaoké

Au Théâtre d'Aujourd'hui les 3 et 4 juin

Autre ovni au programme, ce spectacle sans acteur inspiré des mythes grecs écrit par Félix-Antoine Boutin. Le jeune dramaturge, qui a présenté une première version un peu laborieuse l'an dernier de ce karaoké, aura la chance de se reprendre. «On considère que cette pièce a un énorme potentiel», estime Vincent de Repentigny. Du 14 au 31 mai, au parc Émilie-Gamelin du Quartier des spectacles, les spectateurs pourront se préparer à ce karaoké sur la place publique.

Logique du pire et Stroke

À La Licorne les 30 et 31 mai

Il s'agit de l'un des cinq programmes doubles proposés par le OFFTA. Logique du pire est le nouveau projet du dramaturge Étienne Lepage (L'enclos de l'éléphant, Robin et Marion, Rouge gueule). «C'est un premier laboratoire, précise Jasmine Catudal. Ce sont de petites décharges politiques sous forme de monologues adressés directement au public.»

La deuxième pièce, Stroke, est une pièce chorégraphiée par Louise Michel Jackson et Ben Fury sur le thème du «désir de l'intensité». «L'idée du programme double est de permettre aux spectateurs de s'initier à des formes d'art différentes», nous dit Vincent de Repentigny.

La vérité en magie et Capitalist Duets

Au Monument-National les 31 mai et 1er juin

La vérité en magie est une création de Christian Messier à la frontière de la magie et des arts visuels performatifs. L'artiste québécois a participé à de nombreux festivals, notamment à Vancouver et Toronto. Il ne faut pas s'attendre à ce qu'il sorte des lapins de ce chapeau... Il a été jumelé au spectacle de danse Capitalist Duets de la compagnie Public Recordings. Une performance où l'on verra trois duos de danseurs sur le thème du capitalisme. La pièce sera interprétée par Katie Ewald, Ame Henderson, Sandra Henderson, Adam Kinner, Liz Peterson et Evan Webber.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer