Mémoire et racines: plongée dans l'âme du Québec

Les membres du groupe tard Le Vent du... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Les membres du groupe tard Le Vent du Nord, Réjean Brunet, Simon Beaudry, Olivier Demers et Nicolas Boulerice, ont donné 130 spectacles cette année, mais seulement 5 au Québec.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Lemay
La Presse

Pendant que Montréal achève de se bidonner, le Québec musical se tourne vers la musique traditionnelle et Lanaudière où commence vendredi prochain le 21e festival Mémoire et racines. Au cours du week-end, 150 musiciens, danseurs et conteurs se relayeront sur les sept scènes du magnifique parc Bosco de Saint-Charles-Borromée, ville attenante à Joliette, la ville-musique lanaudoise.

Au programme, des noms connus des Québécois tels Le Vent du Nord qui porte la musique d'ici loin vers le sud et l'est, cet été, avec un huitième album intitulé Têtu; le chanteur et conteur Michel Faubert, un showman de premier ordre; l'as de la podorythmie Michel Bordeleau, ex-membre de La Bottine souriante qui enseigne les rudiments de son art en pédagogue accompli... et tordant.

Mémoire et racines ne lésine pas non plus sur les noms d'ailleurs qui ont avantage à être connus chez nous. On pense d'emblée au virtuose torontois du banjo Jayme Stone arrivant sur les bords de la rivière L'Assomption avec son Lomax Project, du nom du célèbre ethnomusicologue américain Alan Lomax dont s'est aussi inspirée Betty Bonifassi pour ses Chants d'esclaves, chants d'espoir.

Ceux qui auraient tendance à penser que la musique trad est simple affaire du passé voudront se détromper avec The Duhks, quintette de Winnipeg qui mélange la musique traditionnelle canadienne-française et celtique au blues, au soul et aux sonorités afro-cubaines.

Immersions diverses

«Mémoire et racines se veut une expérience immersive dans l'âme du Québec», dira Cédric Champagne, président de ce festival «solide comme un arbre et grand comme une rivière».

Expérience immersive dans la danse avec des calleurs comme Pierre Chartrand et Jean-François Berthiaume, dans le conte avec le Breton David LeGall, dans l'instrumentation avec le Camp ViolonTrad Québec, dans l'histoire avec la caravane Trad pour expliquer le patrimoine vivant aux 8-12 ans.

Ici des retrouvailles (Manigance) et des mariages - Québec-Afrique avec Farafiked, Québec-Irlande avec Fasta -, là de possibles amitiés nouvelles: Rose Vagabond et un string band des Appalaches dont le seul nom est source d'intérêt: Wabo BBQ.

Immersion par l'écran, par ailleurs, avec le cinéaste André Gladu et son Chant du monde, série de quatre courts métrages dans le monde chantant de Saint-Côme, chef-lieu de la chanson traditionnelle québécoise.

La phase «pré-festival» de Mémoire et racines débute mercredi au centre-ville de Joliette avec des soirées trad dans les bars et restaurants; jeudi, Oktopus, avec sa musique d'Europe de l'Est, et Dylan Perron&Élixir de Gumbo, lauréats des récentes Francouvertes, se produisent sur la grande scène de la place Bourget.

... et du blues à Victo

Pendant ce temps, Victoriaville, la capitale musicale du Centre-du-Québec, présente son 18e Festival de blues. En ouverture canon jeudi, le guitariste Adam Karch et Bob Walsh avec son quintette augmenté d'une section de cuivres... et de la chanteuse Sylvie Desgroseilliers. Vendredi, après l'éternel Jim Zeller, Brian Tyler, celui de La voix, avec son Bluestorm, et samedi J.W. Jones d'Ottawa, et Bobby Bazini, LA star montante de la scène québécoise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer