Louise Penny: une rencontre inoubliable

Louise Penny... (Photo Sigrid Estrada, archives la presse canadienne)

Agrandir

Louise Penny

Photo Sigrid Estrada, archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si on traçait l'électrocardiogramme de Louise Penny pour l'année 2017, il ressemblerait sûrement à des montagnes russes. « C'était le meilleur moment et c'était le pire moment », reconnaît l'auteure en citant la célèbre phrase de Charles Dickens.

Vrai, l'année a débuté de triste façon avec le décès de son mari Michael, atteint de démence, et dont elle parlait souvent dans son blogue. Les fidèles lecteurs de l'écrivaine savaient à quel point leur auteure préférée était dévouée, et à quel point la présence de son mari à la maison était importante pour elle.

« Nous savions qu'il allait partir, mais c'est quand même douloureux, confie Louise Penny. Depuis son départ, plein de choses formidables me sont arrivées. J'aurais aimé partager tout cela avec lui, mais c'est réconfortant de savoir qu'il veille sur moi. Je l'imagine me souriant de là-haut... »

Il y a quelques semaines à peine, Louise Penny était au coeur d'un véritable tourbillon médiatique provoqué par la visite de Bill et Hillary Clinton à North Hatley, en Estrie. Le célèbre couple et sa fille sont venus passer quelques jours au Manoir Hovey à l'invitation de leur auteure préférée, qui leur a fait découvrir les lieux qui lui ont inspiré le village de Three Pines.

« L'autre jour, je mettais en place une petite vidéo de leur séjour, raconte-t-elle. Je regardais les images où on me voit aux côtés de Hillary et nous rions toutes les deux. En voyant cela, je me suis dit : "Est-ce que ça s'est vraiment passé ?" Mon moment préféré, c'est quand nous déambulions dans les rues de North Hatley et qu'une petite fille de 11 ans est venue vers elle et lui a dit : "Vous êtes mon héroïne et c'est le plus beau jour de ma vie". »

De succès en succès

Sur le plan professionnel, l'année qui s'achève aura été riche pour Louise Penny. L'auteure de polars a publié deux livres : Un outrage mortel, la traduction de son 12e roman (A Great Reckoning), qui a reçu un accueil dithyrambique à sa sortie en anglais. Elle a également publié Glass Houses, qui s'est immédiatement hissé au sommet des listes des livres les plus vendus du New York Times et du Globe and Mail, devenant ainsi le livre le plus populaire en Amérique du Nord - rien de moins.

On aura compris qu'Armand Gamache, son célèbre inspecteur, n'est pas resté à la retraite bien longtemps. Ses prochaines aventures vont-elles lui faire croiser la route d'un ancien président des États-Unis ? La suggestion est accueillie par un grand éclat de rire. Rien n'est impossible avec Louise Penny...

Souvenir de Salon : Un partage avec une lectrice

« Lors d'un de mes premiers salons en tant qu'auteure, une jeune femme s'est présentée avec son fils. Il était assez malade mais il accompagnait tout de même sa mère. La fois suivante, ils étaient encore là, mais le jeune garçon était en fauteuil roulant. La dernière fois que je l'ai vue, c'était le mois dernier, lors d'une séance de signature au Renaud-Bray. Elle était seule. J'ai tout de suite compris. Son fils était décédé. Nous partageons donc toutes les deux le même sentiment : aimer profondément quelqu'un et en même temps, être heureuse qu'il soit enfin libéré de la maladie. Je partage cela avec cette lectrice que je ne connais même pas... »




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer