Audrée Wilhelmy: l'imagination en incubateur

Son premier roman, un conte, se déroule en partie dans une forêt de toilettes.... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

Collaboration spéciale

La Presse

Son premier roman, un conte, se déroule en partie dans une forêt de toilettes. Le second, chez Barbe-Bleue. Loin de la littérature du quotidien, Audrée Wilhelmy, qui a connu un très bon succès critique en France cette année avec Les sangs, nous surprend par l'audace de ses propositions. Elle est une des neuf invités d'honneur au Salon du livre de Montréal qui s'ouvre aujourd'hui. Nous lui avons posé quelques questions.

Avez-vous une anecdote ou un souvenir marquant d'un de vos passages à un salon du livre?

J'en ai une un peu traumatisante. À mon tout premier salon, un monsieur très étrange est venu s'asseoir à côté de moi au début de ma séance de dédicace pour lire pratiquement au complet mon livre Oss, qui n'avait que 75 pages. Il l'a ensuite redéposé sur la pile et il est reparti sans que j'aie le temps de prononcer un mot en disant: «C'est vrai que c'est un beau petit roman cochon que vous avez là. » En même temps, c'était amusant parce que mon éditrice était assise à côté de moi et me lançait des regards, avec l'air de dire: «Oh! mon Dieu!»

Vos romans ne sont pas ancrés dans le réel et font beaucoup appel à l'imaginaire. À une époque où nous sommes constamment bombardés de bruit et d'information, comment parvient-on à avoir encore de l'imagination?

Pour moi c'est assez naturel, il y a une sorte de filtre dans mon cerveau. Je m'informe énormément sur la politique et l'actualité, mais on dirait que j'absorbe les informations et que je les transforme complètement. Elles viennent s'inscrire dans un imaginaire, y trouvent une place et en ressortiront peut-être dans 15 ans. Certaines images fortes s'endorment pendant des années et resurgissent tout à coup à un certain moment. Mon imaginaire s'est beaucoup construit quand j'étais petite, autour des films de Disney qui ressortent en version un peu pervertie dans mes romans. Quand on creuse certaines de mes scènes, elles ont un côté Disney mélangé à d'autres informations par ce prisme qui s'est construit très jeune et qui est resté en place.

Avez-vous un nouveau roman en cours?

Oui, il devrait paraître à l'automne 2016. Je ne saurais pas comment en parler sauf pour dire qu'il y aura des ponts très discrets avec mes deux premiers romans. On n'aura pas du tout besoin d'avoir lu les autres pour lire celui-là, mais certains personnages vont revenir.

Audrée Wilhelmy en deux romans

OSS

Grâce à ce conte qui nous fait voyager dans un monde à la fois cruel, malsain et poétique, la jeune auteure native de Cap-Rouge est devenue finaliste au prix du Gouverneur général du Canada et a été en nomination pour le Prix des libraires du Québec. Publié en 2011 chez Leméac.

LES SANGS

C'est grâce à son deuxième roman, Les sangs, publié en 2013 au Québec et cette année en France, qu'Audrée Wilhelmy a remporté le prix Sade 2015 et qu'elle a été en nomination pour de nombreux autres prix, ici et outre-mer. Cet opus raconte l'histoire de Barbe-Bleue, mais du point de vue de ses sept femmes condamnées à mourir aux mains de leur terrible mari.

___________________________________________________________________________

Audrée Wilhelmy sera en séance de dédicaces au Salon du livre de Montréal vendredi et samedi au stand de Leméac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer