Zemaison et Point de départ: l'art stimulant

Détail de la création collective Zemaison réalisée par... (PHOTO CHRISTINE GUEST, FOURNIE PAR LE MBAM)

Agrandir

Détail de la création collective Zemaison réalisée par des élèves de l'école secondaire Saint-Henri et actuellement installée aux Studios Art & Éducation Michel de la Chenelière, au Musée des beaux-arts de Montréal.

PHOTO CHRISTINE GUEST, FOURNIE PAR LE MBAM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le cadre de la mission éducative qu'il s'est donnée, le Musée des beaux-arts de Montréal présente jusqu'au 15 mai des oeuvres d'art et des installations qu'ont réalisées des élèves en difficulté de trois écoles de la métropole. Des oeuvres surprenantes d'ingéniosité et révélatrices d'un grand désir d'expression.

Comment intéresser les jeunes, aujourd'hui, à la richesse et à l'importance de l'enseignement scolaire quand ils ont des problèmes à la maison ou à l'école ? Passionnés par leur métier, des enseignants en arts plastiques y parviennent avec succès. Leur action est d'autant plus méritoire qu'ils et elles s'adressent souvent à des élèves infortunés, issus de familles défavorisées ou ayant des difficultés d'apprentissage.

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) collabore avec des écoles pour permettre à leurs élèves de vivre une expérience culturelle et artistique stimulante. Deux expositions, Zemaison et Point de départ, sont actuellement présentées dans des salles et espaces des Studios Art & Éducation du musée grâce aux contributions financières du mécène Michel de la Chenelière.

Ces deux expos résultent d'une expérience d'apprentissage vécue par des élèves des écoles secondaires Saint-Henri et Édouard-Montpetit ainsi que par ceux de l'école primaire Louis-Dupire.

Installations déjantées

À Saint-Henri, où le taux de décrochage dépasse 55 %, ces jeunes ont été motivés et encadrés par trois dynamiques enseignants, Sylvie Gagné, Alexandra Pilote et Mathieu Lebuis. Il en résulte l'exposition Zemaison, une série d'installations correspondant aux différentes pièces d'une maison... de rêve. Des installations surprenantes et originales entièrement créées par les élèves avec une multitude de matériaux.

La maison de Zemaison comprend plusieurs pièces toutes plus créatives les unes que les autres. Au salon, par exemple, des oeuvres créées à partir de photographies et de papier découpé ont été accrochées au mur. La cuisine comprend une série de meubles en papier mâché et un grand nombre de faux gâteaux sur un comptoir. La salle de bains psychédélique rappelle l'ambiance des années 70.

Une chambre d'explorateur est reconstituée avec toutes sortes de clins d'oeil : un cadre avec de faux papillons, une projection de scène tropicale sur un rideau de fenêtre flottant au vent grâce à un ventilateur, les bruits de grillons, des têtes humaines miniatures plantées sur des tiges, etc.

Une cour a même été définie avec une multitude de plantes carnivores en pot, réalisées à partir de papier mâché et de structures métalliques.

«Le fait de présenter leur création au musée a motivé les élèves qui se sont engagés davantage dans la réalisation de ce projet», dit Alexandra Pilote. 

«Le musée leur a ouvert ses portes et, probablement pour la première fois, ils ont senti qu'ils y avaient leur place.»

«C'est gratifiant de les voir embarquer dans un tel projet, a dit Sylvie Gagné à La Presse. La plupart de ces élèves ont des difficultés d'apprentissage et l'activité leur fait beaucoup de bien. Cela entraîne même quelques inscriptions dans les arts plastiques les années suivantes.»

Pour Point de départ, il s'agit de la troisième édition de cette aventure liant le musée à des écoles de la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Des élèves de l'école Louis-Dupire ayant des difficultés d'apprentissage se sont ainsi inspirés d'une oeuvre canadienne du musée pour réaliser une toile en classe, toile qui a été elle-même une source d'inspiration pour des élèves de l'école secondaire Édouard-Montpetit. Avec des résultats fort honorables sur le plan esthétique et tellement importants pour l'avenir de ces jeunes.

«L'univers de la création a ceci de magique que soudainement tout devient possible, dit Jean-Luc Murray, directeur du département de l'éducation et de l'action culturelle au MBAM. Au contact des oeuvres du musée, les élèves ressentent le bien-être de pouvoir être ce qu'ils sont et s'exprimer librement. Ce sont des projets qui font une différence dans la société.»

____________________________________________________________________________

Zemaison (jusqu'au 15 mai) et Point de départ (jusqu'au 29 avril), au Musée des beaux-arts de Montréal (1380, rue Sherbrooke Ouest).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer