La vocation humaniste du Musée des beaux-arts sera solidifiée

Le philanthrope et ex-éditeur scolaire Michel de la... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Le philanthrope et ex-éditeur scolaire Michel de la Chenelière, la directrice générale et conservatrice en chef du MBAM Nathalie Bondil et le premier ministre Philippe Couillard ont participé à l'annonce.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Musée des beaux-arts de Montréal a dévoilé, ce lundi soir, son projet d'Atelier international d'éducation et d'art-thérapie Michel de la Chenelière, un an avant l'ouverture du pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein qui accueillera notamment les plus grands espaces éducatifs d'un musée en Amérique du Nord grâce à un don de 2 millions de l'ex-éditeur scolaire Michel de la Chenelière.

Le nouveau et cinquième pavillon du MBAM comprendra, l'an prochain, un étage supplémentaire pour faire rayonner les activités sociales, éducatives et thérapeutiques du musée. On le devra au philanthrope et ex-éditeur scolaire Michel de la Chenelière qui s'engage à donner au MBAM deux millions répartis sur sept ans. Ce don d'un passionné de l'éducation s'ajoute aux trois millions qu'il avait déjà offerts au musée en 2012 sur une période de dix ans, ce qui a permis de doubler ses espaces éducatifs.

Comme le MBAM les aura triplés en 2016, l'institution sera bientôt dotée du «plus grand complexe éducatif d'un musée d'art en Amérique du Nord», avec une superficie dédiée à l'éducation de 3588 m2, soit plus qu'au Metropolitan Museum of Art de New York, à l'Art Institute de Chicago ou au Columbus Museum of Art, en Ohio. C'est dans ce complexe éducatif que seront accueillis désormais les membres d'organismes communautaires, les écoliers et les familles venues participer à des ateliers.

«La vision d'un musée humaniste s'explique par le fait qu'on a des collections, un public et un contexte, a dit Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM. J'aime à dire que nous travaillons pour l'éternité car on doit donner ces collections aux futures générations. L'idée est de permettre une interprétation multiple de nos oeuvres qui peuvent parler d'écologie, de ressources naturelles ou encore de réalités sociales comme du travail des enfants.»

Reposant sur une collaboration avec 450 associations québécoises, la mission éducative et rassembleuse du MBAM comprend l'accueil d'enfants défavorisés, de victimes d'intimidation à l'école, d'itinérants, d'adultes en cours d'alphabétisation, de déficients intellectuels, de personnes âgées et de personnes handicapées physiques. Le musée intervient aussi auprès des femmes autochtones et des nouveaux immigrants. Une nouvelle aile du musée sera d'ailleurs créée en 2017 pour accueillir les oeuvres des artistes issus de l'immigration récente.

Partenariat MBAM-Concordia

L'université Concordia a par ailleurs annoncé qu'elle s'associe au MBAM pour réaliser huit projets «visant le mieux-être de la société». Ainsi, le musée recevra des contenus pédagogiques de Concordia pour animer sa collection permanente. Un nouvel espace, La ruche d'art, sera ouvert au musée à quiconque souhaite y créer. Et un cours inédit de Concordia, Peace Trail («Sentier de la paix»), permettra à des étudiants de créer des activités après avoir exploré la collection du nouveau pavillon.

Art-thérapie

Le MBAM a précisé qu'il poursuivra ses partenariats avec des entreprises, des associations et des hôpitaux sur des projets de recherche, par exemple sur l'alzheimer, l'anxiété post-traumatique, le suicide, l'autisme ou des aspects des neurosciences.

«L'art nous fait du bien et répond à un besoin physiologique, a rappelé Nathalie Bondil. Le musée a aussi un rôle politique à jouer, dans le sens d'activités à créer dans la cité, pour les citoyens, avec nos collections.»

Le MBAM lance d'ailleurs ces jours-ci son projet-pilote Éduc-Art, grâce au soutien du Plan culturel numérique du gouvernement du Québec. Créé à partir de sa collection, il sera inséré dans les programmes d'écoles provenant des 17 régions du Québec.

Travaillant sur tous les aspects éducatifs du musée depuis six ans, le directeur du département de l'éducation et de l'action culturelle au MBAM, Jean-Luc Murray, estime que le musée de la rue Sherbrooke est «ouvert, perméable, interdisciplinaire, transculturel et expérimental.»

La comédienne Évelyne de la Chenelière a rendu hommage à son père qui a toujours eu «besoin de rêve, de lumière et de poésie». «Merci papa de favoriser le temps de l'art qui nous rapproche les uns des autres, a-t-elle dit. Comme tu nous le disais à ma soeur et à moi, je te le dis: je suis fière de toi.»

Les annonces du Musée des beaux-arts ont été faites en présence du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, de trois ministres de son gouvernement et du maire de Montréal, Denis Coderre. Michel de la Chenelière a finalement expliqué que ses dons avaient pour but de favoriser «la démocratisation de l'art et ses effets sur l'humain». «J'espère que d'autres personnes comme moi appuieront ce musée, a-t-il dit. Et que nos gouvernements y insuffleront plus d'argent public.»

L'éducation au MBAM

307 000 visiteurs prévus cette année (+207 % en trois ans)

235 639 au Musée royal de l'Ontario

223 755 au Musée des beaux-arts de l'Ontario

210 355 au Musée de la Civilisation, à Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer