La vie en Égypte il y a 4000 ans au Met de New York

L'exposition se tient jusqu'au 24 janvier.... (PHOTO JEWEL SAMAD, AFP)

Agrandir

L'exposition se tient jusqu'au 24 janvier.

PHOTO JEWEL SAMAD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Montrer le plus concrètement possible ce qu'était la société égyptienne il y a quatre millénaires, c'est l'ambition de l'exposition qui s'ouvre lundi au Metropolitan museum de New York, la plus importante jamais organisée sur le Moyen Empire.

Le Met a mis en valeur des pièces qui humanisent la civilisation égyptienne, parfois réduite à des sarcophages, des momies, des frises et des bas-reliefs.

Parmi elles, la représentation d'une boucherie, qui montre les différentes étapes du métier avec des personnages en bois, dans un état de conservation impressionnant pour un objet qui date du début de la douzième dynastie (1981 avant notre ère).

Beaucoup des pièces les plus éclairantes sur la société égyptienne proviennent du propre fonds du Met, alimenté depuis 1906 et qui compte environ 30 000 objets. Le musée dispose de sa propre équipe d'archéologues, dont le produit des fouilles est partagé avec l'État égyptien.

Mais pour enrichir l'exposition, le Met a également obtenu des prêts de 37 musées ou collections, dont le Louvre et le musée des Beaux Arts de Lyon.

La commissaire d'exposition, Adela Oppenheim, a salué, lors d'une conférence de presse, cette «communauté de musées qui travaillent ensemble, (...) quand l'art est en danger dans certaines régions du monde».

L'autre objectif de l'exposition était de mettre en avant le rôle charnière du Moyen Empire dans la civilisation égyptienne.

«Le Moyen Empire a été une période de transformation», rappelle Mme Oppenheim, qui a vu les Égyptiens «repenser» les fondements de la religion, de l'administration et des arts.

Pour la première fois, les dieux ont ainsi été représentés par des statues, comme celle de la divinité à tête de crocodile Sobek, exposée à New York.

Autre indicateur de l'évolution artistique majeure du Moyen Empire, la représentation des pharaons change radicalement. Jusque-là, leur visage était juvénile, avec des traits lisses. Leur faciès possède désormais des aspérités et donne une impression d'autorité et de gravité propres à la fonction.

«Pour la première fois, on a l'impression de regarder une vraie personne et pas une statue bien proportionnée», souligne Mme Oppenheim.

Le Moyen Empire a duré de 2030 à 1650 avant notre ère et compte les onzième, douzième et treizième dynasties.

L'exposition se tient jusqu'au 24 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer