Exclusif

Le festival Mural durera 11 jours

Murale de l'artiste chilien Inti créée l'an dernier... (Photo: fournie par le festival)

Agrandir

Murale de l'artiste chilien Inti créée l'an dernier lors du festival Mural.

Photo: fournie par le festival

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De plus en plus populaire et réputé, Mural grandit. La troisième présentation du festival montréalais d'art urbain se déroulera du 4 au 14 juin, a appris La Presse. Il durera 11 jours plutôt que 4, et débutera stratégiquement pendant la fin de semaine du Grand Prix de Formule 1. Quelque 50 murales seront exposées de part et d'autre du boulevard Saint-Laurent.

Quand André Bathalon, un des quatre fondateurs de Mural, a rencontré récemment des gens à Miami et à Hawaii qui lui ont parlé du festival montréalais d'art urbain, il en a été surpris, étant donné que l'événement n'en sera qu'à sa troisième édition en juin.

«On n'a pas conscience de notre impact sur la scène artistique mondiale, dit-il. Quand on se déplace à Honolulu pour un festival similaire qui s'appelle Pow! Wow!, on n'en revient pas à quel point les gens nous parlent de Montréal. À Hawaii, il y a même un gars qui m'a cité Mural, le boulevard Saint-Laurent et le restaurant Schwartz's dans la même phrase! Montréal n'est plus seulement connu pour Céline Dion, Arcade Fire et le Cirque du Soleil. Je pense qu'on apporte quelque chose de complémentaire.»

S'associer à la Formule 1

Mural a beaucoup d'ambition, et à la fois le sens des affaires et celui du spectacle. Tant qu'à présenter en juin un festival autour du boulevard Saint-Laurent, pourquoi ne pas se greffer au Grand Prix de Formule 1, qui est toujours l'occasion d'activités diverses sur la Main?, se sont dit les organisateurs de Mural. «Mettre le festival en même temps que la F1, c'est une vision à long terme, dit André Bathalon. On veut en partie profiter de la masse de touristes que génère la F1 pour alimenter l'intérêt de l'international envers Mural. Et afin que des touristes qui viennent pour la F1 décident, l'année suivante, de revenir et de rester quelques jours de plus pour Mural.»

Le festival n'a rien coordonné avec le Grand Prix, mais il essaie de s'entendre avec certains de ses partenaires. «On veut créer un pont entre les deux initiatives», dit André Bathalon.

50 Murales

Même si cette troisième présentation durera sept jours de plus, le même nombre de muralistes que l'an dernier, soit une vingtaine, réalisera des oeuvres. Avec les quelques murales des années précédentes, il y aura un total de 50 murales à admirer. 

«On veut que Mural soit un produit touristique qui puisse être apprécié autant durant le festival que n'importe quand dans l'année.»

La grande murale de l'artiste Kashink - dans le stationnement contigu aux bureaux de LNDMRK, qui organise Mural - ne sera pas conservée. Un autre artiste s'exprimera sur ce mur commandité par la Coupe Rogers de tennis. Par contre, la murale du Portoricain Alexis Diaz, située juste en face, va rester.

Parmi les muralistes-vedettes qui viendront en juin, citons le duo brésilien Bicicleta Sem Freio formé des muralistes Renato Perreira et Douglas de Castro. Étoile montante de la scène internationale, le duo vient tout juste de faire sa première exposition à Londres. «Ils ont un style graphique extrêmement puissant, coloré, animé et très accessible», dit André Bathalon.

Qui dit plus de murales à admirer dit territoire d'activité élargi. Les rues Clark et Saint-Dominique feront encore plus partie du terrain de jeu de Mural cette année. «On est même en train de regarder ce qu'on pourrait faire au sud de la rue Sherbrooke, dit M. Bathalon. On a répertorié dans le secteur 200 murs qui nous intéressent.»

Mais grossir signifie aussi un budget en croissance. Si les organisateurs se réjouissent de l'intérêt marqué du maire Denis Coderre pour Mural (une entente a été signée jusqu'en 2017 avec un financement annuel de 50 000 $), c'est insuffisant. Aussi comptent-ils sur l'arrivée de nouveaux commanditaires, attirés par l'impact de Mural sur les réseaux sociaux grâce aux photos d'oeuvres envoyées par téléphone cellulaire. Une campagne de financement populaire (Kickstarter) est également lancé aujourd'hui afin de compléter le montage financier.

«On est un jeune festival, donc on n'est pas encore admissibles à certains programmes d'aide, dit André Bathalon. Un coup de main des gens qui nous aiment va permettre de peaufiner des projets et de croître.»

Partenariat avec la Maison Notman

Un programme de conférences présentées dans les salles du cinéma Excentris sera ajouté cette année au programme de films apparu l'an dernier. Des ateliers interactifs gratuits seront aussi proposés en partenariat avec la Maison Notman, notamment le #MuralHack, qui associera des artistes à des développeurs et à des programmeurs. «Cela va résulter en la création, du 8 au 14 juin, d'une murale jumelant peinture et accessoires technos (lumières, installations 3D, etc.) sur une des façades de la Maison Notman», dit Pierre-Alain Benoît, directeur des relations publiques et partenariats chez Mural.

Les détails de la programmation du troisième festival Mural seront annoncés lors d'une conférence de presse le 28 avril. 

MURAL EN BREF

Créé en 2013.

Fondateurs: André Bathalon, Yan Cordeau, Alexis Froissart et Nicolas Munn Rico.

Vise à célébrer la créativité montréalaise et à démocratiser l'art urbain.

Organisé dans le quadrilatère compris entre les artères Clark, Saint-Dominique, Sherbrooke et Mont-Royal.

Grand Prix du tourisme pour la région de Montréal 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer