7e Festival Art souterrain: la sécurité comme fil conducteur

Le duo hollandais FRONT404, formé de Thomas voor't... (Photo fournie par le Festival Art Souterrain)

Agrandir

Le duo hollandais FRONT404, formé de Thomas voor't Hekke et Bas van Oerle, présentera Eyestalkers, une colonie d'yeux vigilants qui fixent sans ciller le visiteur et suivent ses mouvements.

Photo fournie par le Festival Art Souterrain

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le festival montréalais d'art contemporain Art souterrain sera de retour du 28 février au 15 mars. Plus resserrée que la précédente, la septième édition présentera les oeuvres de 65 artistes sous le thème de la sécurité. Avec comme invité d'honneur Israël.

Chaque année, l'ex-galeriste et fondateur d'Art souterrain Frédéric Loury se bat pour mettre sur pied un événement d'art contemporain de deux semaines qui met en valeur des artistes d'ici et d'ailleurs tout comme le patrimoine architectural et culturel de la cité souterraine. Cette année, sa tâche a été plus ardue puisque le commanditaire principal des dernières éditions, Québecor, a quitté le bateau.

«Cette année, nous sommes allés chercher davantage de partenariats stratégiques avec des entreprises qui nous ont offert du temps, des services et des matériaux, ce qui nous a permis d'équilibrer notre budget prévisionnel», dit Frédéric Loury, qui prépare cette édition depuis un an et demi.

Il avait alors choisi le thème «La sécurité dans notre société, qu'advient-il de nos espaces de liberté?» et avait entrepris de trouver des artistes québécois, canadiens et étrangers qui pourraient illustrer tout ce qui a trait aux dispositifs de sécurité et de surveillance déployés pour assurer la protection des citoyens.

6 km et 4 circuits

Il en résulte une édition qui présentera, sur six kilomètres et selon quatre circuits souterrains, les oeuvres de 65 artistes ,dont trois Israéliens, Merav Svirsky, Inbal Hoffman et Maya Landman. Israël est en effet le pays invité cette année. Presque logiquement compte tenu du thème choisi, la sécurité étant une variable incontournable dans cette région du monde. C'est la commissaire israélienne Carmit Blumensohn qui a choisi les trois artistes israéliens.

«Leurs oeuvres offrent un vaste aperçu de la sécurité personnelle, sociale et culturelle au-delà des frontières historiques, dit-elle. Cet aspect transpire d'origines humaines universelles, adoptant les mythes, traditions et rituels ancrés profondément dans la culture humaine.» Ces oeuvres seront présentées au Centre de commerce mondial, Inbal Hoffman présentant en plus sa vidéo Incubator jusqu'au 14 mars à la galerie Joyce Yahouda, dans l'édifice Belgo. Les trois artistes parleront de l'influence de la sécurité dans leur quotidien lors d'une table ronde qui aura lieu dans cette galerie le 27 février, de 16h à 18h.

Deuxième commissaire invité cette année, Raymond Cantin a sélectionné plusieurs photographes dont les séries de clichés explorent «comment la photographie a été utilisée à la fois comme un instrument de surveillance et comme un outil pour documenter, exposer et contester l'impact de la surveillance sur les libertés civiles, les droits humains et les libertés fondamentales».

Parmi ces photographes, Martin Girard et Frank Gross exposeront leurs oeuvres à la Place Ville Marie, Leda Montereali et Mari Bastashevski exposeront au Centre CDP Capital, Florent Bohm, au Palais des congrès et Clément Valla, au complexe Guy-Favreau.

Soutien à Jafar Panahi

Art souterrain débutant lors de la Nuit blanche, le festival s'est associé aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal pour présenter le 28 février, de 20h à 2h, l'activité Du bruit la nuit, à la Place Bonaventure. Il s'agira d'un atelier sur l'art du bruitage dans les films accompagné du visionnement du court-métrage Hacked Circuit, de Deborah Stratman.

Le centre autogéré d'artistes Vidéographe présentera huit films d'animation d'un projet intitulé Libérez Jafar Panahi!, en soutien au cinéaste iranien violenté par le régime de son pays depuis 2011. Ces créations de plusieurs artistes (dont Steven Woloshen, Théodore Ushev, Georges Schwizgebel et Francis Desharnais) seront diffusées à la Place de la Cité internationale.

Parmi les autres artistes invités à Art souterrain 2015, Leo Selvaggio, en provenance de Chicago, exposera une oeuvre interactive au Palais des congrès de Montréal. Au même endroit, Steve Giasson affichera 200 pages de textes qui correspondent aux phrases qu'il a entendues et transcrites pendant un an. «Une mesure du brouhaha qui nous entoure», dit-il.

Mélanie Désourdy proposera, au complexe de la Gare centrale, une installation sur ses habitudes de consommation alimentaire. Mathieu Valade revient au festival avec deux tours imposantes en aluminium, Protection, érigées au complexe Guy-Favreau. Et Michel de Broin exposera son oeuvre Blowback sur le sabotage près des bureaux de l'OACI.

Art souterrain, c'est aussi une trentaine d'activités allant de la visite guidée au tatouage artistique en passant par les 5 à 7 Apéro-Art, les visites des collections privées de Fasken-Martineau, McCarthy Tétrault et Ivanhoé Cambridge, des rencontres avec des artistes ainsi que des tournées réservées aux groupes scolaires.

Pour information: artsouterrain.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer