Paul McCarthy renonce à réinstaller son oeuvre vandalisée à Paris

Dès son montage jeudi sur la très chic... (PHOTO CHARLES PLATIAU, REUTERS)

Agrandir

Dès son montage jeudi sur la très chic place Vendôme à Paris, l'immense oeuvre d'un vert éclatant avait déclenché la polémique.

PHOTO CHARLES PLATIAU, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'artiste américain Paul McCarthy a renoncé à réinstaller son oeuvre polémique en forme de sex toy, vandalisée dans la nuit place Vendôme à Paris, a annoncé la Foire internationale d'art contemporain (Fiac) samedi.

Des inconnus ont débranché l'alimentation de la soufflerie... (Photo Francois Mori, AP) - image 1.0

Agrandir

Des inconnus ont débranché l'alimentation de la soufflerie servant à gonfler l'oeuvre, dans la nuit de vendredi à samedi.

Photo Francois Mori, AP

«Suite aux actes de vandalisme survenus cette nuit à l'encontre de l'oeuvre The Tree de Paul McCarthy présentée sur la place Vendôme à Paris dans le cadre du parcours Hors les Murs de la Fiac, l'oeuvre ne pourra pas être réinstallée», indique la Fiac dans un communiqué.

«Devant la violence de certaines réactions, l'artiste s'inquiète de potentiels débordements lors du remontage de l'oeuvre», poursuit le communiqué dans lequel Paul McCarthy indique ne pas vouloir «être mêlé à ce type de confrontation et à la violence physique, ou même continuer à faire prendre des risques à cette oeuvre».

«Au lieu d'engendrer une réflexion profonde autour de l'existence même des objets comme mode d'expression à part entière notamment dans la pluralité de leur signification, nous avons assisté à de violentes réactions», déclare Paul McCarthy.

Son oeuvre gonflable géante baptisée «Tree», dont la forme jouant sur l'ambiguïté entre un sapin de Noël et un sex toy a suscité une polémique, été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi par des inconnus qui ont débranché l'alimentation de la soufflerie servant à la gonfler.

Un inconnu avait giflé l'artiste jeudi pendant qu'il installait l'oeuvre la prestigieuse place parisienne avant de réussir à prendre la fuite. De l'aveu même de Paul McCarthy, 69 ans, elle pouvait autant faire penser à un «plug anal» qu'à un arbre de Noël.

Son installation, provisoire, était prévue dans le cadre de la Foire internationale d'art contemporain (Fiac) qui s'ouvre mercredi à Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer