• Accueil > 
  • Arts 
  • > Sur le divan avec Stéphane Rousseau 

Sur le divan avec Stéphane Rousseau

Partager

C'est sur la scène du Théâtre St-Denis que Stéphane Rousseau passera le temps des fêtes afin de présenter en supplémentaire du 26 décembre au 12 janvier Les Confessions de Rousseau.

«Le spectacle est tellement rodé que je me permets beaucoup d'improvisation! Dans le temps de Noël, tout est possible, et je rajoute souvent une petite toune de circonstance dans mon spectacle!», précise l'humoriste qui est, en ce moment, à l'écriture de son prochain spectacle. «C'est encore embryonnaire, mais j'ai déjà le fil rouge. Je ne vous en dirais pas plus, car quelqu'un pourrait me piquer l'idée et elle est trop géniale», lance-t-il à la blague.

Après avoir marché pendant 13 jours sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne durant l'été 2011, Stéphane Rousseau prendra la route pour l'expédition de Cinque Terre du 19 au 26 avril prochains, afin d'amasser des fonds au profit de la recherche sur le cancer. De Portovenere à Portofino, il parcourra ainsi 125 km.

«Il faut nous encourager! Je vais être avec mon ami Jacques Champigny qui avait marché Compostelle avec moi. Il faut amasser 8500$ et il est rendu à 4500$, alors que moi je n'en suis qu'à 1000$. Je vais devoir aller solliciter mes amis riches je crois!», s'amuse-t-il.

Au cinéma, Stéphane Rousseau a terminé l'été dernier le tournage de Paris à tout prix, un film scénarisé et réalisé par Reem Kherici, sa conjointe.

«C'est une comédie très girly, mais avec du fond. J'y interprète le designer d'une maison de mode à Paris, un homme très chiant, un peu un vrai Parisien quoi! Reem joue le rôle principal. Elle est actuellement en montage et j'ai très hâte de voir le résultat!», précise le comédien à propos du film qui sortira en France le 3 juillet 2013.

Stéphane Rousseau sera aussi en tournage au Québec durant les mois de mai et juin prochains, puis à nouveau en France au cours de l'année.

Confidence

«Je pense à faire un disque presque tous les jours. J'aimerais bien le faire, mais je ne me lance jamais! Ce n'est pas que j'ai peur; j'ai un vrai créneau avec mes spectacles d'humour et j'ai du mal à déroger de ça. Il faudrait que je me le permette!»

Questions, réponses

Q: Avec qui changerais-tu de carrière?

R: Avec Bono car la vie de rockstar est séduisante. De voir une foule qui capote comme ça sur tes chansons alors que tu te donnes à fond avec des musiciens hallucinants en arrière de toi, ça ne doit pas être déplaisant!

Q: Qu'est-ce qui t'a donné le goût de faire ce que tu fais aujourd'hui?

R: C'est beaucoup l'envie d'être aimé par le plus de personnes possible. Jeune, j'aimais déjà beaucoup les comiques, le cinéma et la chanson. Des petits spectacles d'école depuis l'âge de

3 ans aux concours amateurs dans les bars, c'est venu tranquillement.

Q: Qu'est-ce qui te fait rire dans la vie?

R: Mon fils. Il me fait craquer! Professionnellement parlant, j'aime beaucoup les films comme Y a-t-il un pilote dans l'avion et les humoristes de Saturday Night Live d'une autre époque comme Steve Martin et John Candy. Sinon, les petites situations de malaise me font beaucoup rire dans les soirées, du genre «Mon dieu que c'est pas beau ici. Ah oui? C'est chez moi!»

Q: Avec qui rêves-tu de travailler?

R: Alain Chabat. Je l'adore, il est très drôle et c'est un excellent réalisateur qui sait faire du comique. Il n'a malheureusement pas participé au Astérix et Obélix dans lequel j'ai joué et on n'est d'ailleurs pas arrivé à la hauteur du sien!

Q: Quel rôle aurais-tu aimé interpréter?

R: Celui de Jack Nicholson dans The Shinning. J'aime quand on peut péter les plombs et devenir complètement fou au cinéma, ce qu'on ne peut se permettre dans la vie!

Q: Te souviens-tu de ton premier slow?

R: Ça devait être sur Ti amo avec ma petite voisine Sylvie dans un sous-sol en préfini avec des animaux empaillés autour de nous. Je pensais qu'il disait «qui a monté en haut?» quand j'étais petit!

Q: Le film qui t'a le plus marqué?

R: J'allais dire The Sound of Music mais ce n'est pas vrai, c'est celui qui me touche le plus, car il me fait penser à ma mère et à ma soeur. Celui qui m'a marqué gamin c'est Il était une fois dans l'Ouest. La musique y est pour beaucoup. C'est un western qui a une vraie intensité dramatique!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer