Wall Street finit la semaine sur une légère hausse

Désormais, Wall Street rebondit, «les investisseurs digérant de... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Désormais, Wall Street rebondit, «les investisseurs digérant de bons chiffres américains sur les inscriptions au chômage et le déficit commercial, tout en se montrant prudents avant le rapport de demain sur l'emploi en mars», ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a légèrement monté jeudi, dernier jour d'échanges de la semaine, sans oser prendre de position tranchée à la veille d'un rapport mensuel de Washington sur l'emploi américain: le Dow Jones a pris 0,37% et le Nasdaq 0,14%.

---------------

Les marchés à la fermeture:

  • TSX 15 026,62 / +84,07 (0,56%)
  • Dow Jones 17 763,24 / +65,06 (0,37%)
  • S&P 500 2 066,96 / +7,27 (0,35%)
  • NASDAQ 4 886,94 / +6,71 (0,14%)

-------------------

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 65,06 points à 17 763,24 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 6,71 points à 4886,94 points.

L'indice élargi S&P 500, sur lequel se basent de nombreux investisseurs, a avancé de 0,35%, soit 7,27 points, à 2066,96 points.

«La séance a été plutôt terne, et les échanges étaient limités», a souligné Bill Lynch, de Hinsdale Associates. «On ne peut pas trop interpréter les mouvements d'aujourd'hui. C'est une période de l'année où les gens partent en vacances de printemps, d'autant que demain sera férié pour le Vendredi saint.»

De plus, «tout le monde attend manifestement le rapport sur l'emploi de demain», que publiera comme tous les mois le département du Travail, a-t-il rappelé. «On s'attend à 250 000 créations d'emplois en mars, et à un taux de chômage stable à 5,5%».

Dans l'attente de ce rapport, les investisseurs sont attentifs à tous les indices sur le marché de l'emploi. La journée de mercredi avait été marquée par une estimation pessimiste du groupe privé ADP, qui a fait état de moins de 200 000 créations de postes dans le privé en mars, mais les investisseurs ont pris connaissance jeudi d'un indicateur plus favorable, avec une chute inattendue des inscriptions au chômage la semaine dernière.

Le marché, qui ne pourra réagir que lundi au rapport sur l'emploi en raison de la fermeture des marchés, sera particulièrement attentif à l'évolution des salaires, qui est l'un des éléments sur lesquels la Réserve fédérale compte se baser pour décider du calendrier du relèvement de ses taux d'intérêt, actuellement presque nuls.

Sur le plan international, le marché a par ailleurs obtenu «du soutien (...) des propos encourageants de la Banque centrale européenne (BCE)», a estimé Jack Ablin, de BMO Private Bank.

Dans le compte rendu publié jeudi de sa dernière réunion de politique monétaire, la BCE a en effet confirmé son «optimisme prudent» dans une reprise économique «graduelle» de la zone euro.

Au niveau géopolitique, enfin, le marché n'a pas semblé beaucoup réagir à l'annonce d'un accord-cadre sur le nucléaire iranien, conclu à Lausanne entre Téhéran et les grandes puissances, mais assorti de nombreuses mises en garde de la part des Occidentaux.

Le marché obligataire était en baisse. Vers 16 h 15, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 1,912% contre 1,861% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,526% contre 2,463% précédemment.

La Bourse de Toronto clôture en hausse

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,39 cent US à 79,59 cents US.

Statistique Canada a indiqué jeudi que le déficit commercial du pays avait rétréci à 984 millions $ en février, alors que les économistes misaient en moyenne sur un déficit de 2 milliards $. Cependant, cette amélioration était largement attribuable aux prix puisque le volume des exportations a retraité de 3,3% pendant que celui des importations cédait 1,7%.

En outre, les commandes aux usines américaines ont grimpé de 0,2% en février - leur première hausse depuis juillet - un développement bienvenu pour les fabricants qui sont exposés récemment à la faiblesse de la croissance économique des grands partenaires commerciaux des États-Unis que sont la Chine, l'Europe et le Japon.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a glissé de 95 cents US à 49,14 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or a cédé 7,30 $ US à 1200,90 $ US l'once.

Malgré la baisse des prix du brut, le secteur de l'énergie du parquet torontois a affiché la meilleure performance du TSX avec une croissance de 1,8%.

Parmi les autres groupes qui ont progressé jeudi se trouvaient notamment celui des biens de consommation de base, qui a pris 1,4%, et celui des métaux et minerais diversifiés, qui a gagné 1,1%.

Le secteur aurifère a quant à lui cédé 1,7%.

Les marchés boursiers de Toronto et de New York seront fermés vendredi pour le congé du vendredi Saint. Les transactions reprendront lundi prochain.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer