Wall Street finit en ordre dispersé

Wall Street a fini en ordre dispersé vendredi, soufflant au lendemain de... (Photo Archives AFP)

Agrandir

Photo Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street a fini en ordre dispersé vendredi, soufflant au lendemain de l'annonce de mesures de relance par la Banque centrale européenne, et avant un scrutin législatif en Grèce.

--------------------------------------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 779,35 / 15,37 (0,10%)
  • Dow Jones 17 672,60 / -141,38 (-0,79%)
  • S&P 500 2 051,82 / -11,33 (-0,55%)
  • NASDAQ 4 757,88 / 7,48 (0,16%)

--------------------------------------------

Les marchés sont encore dominés par le plan de plus de 1000 milliards d'euros de rachats d'actifs annoncés jeudi par la BCE, avant l'ouverture de Wall Street. Lors de la séance qui a suivi, le Dow Jones a pris près de 1,5%.

«On a un peu la gueule de bois après la fête d'hier», a jugé Sam Stovall, de Standard and Poor's Capital IQ. «Certains investisseurs ont décidé de récupérer une partie des bénéfices enregistrés».

La pause des marchés américains contraste avec l'enthousiasme persistant des Bourses européennes, qui ont poursuivi leur hausse pour la seconde séance de suite, l'Eurostoxx gagnant près de 2%.

«On peut difficilement chercher des explications aux fluctuations d'aujourd'hui» à Wall Street, a reconnu Bill Lynch, de Hinsdale Associates, jugeant le marché «un peu faible, mais sans excès».

En outre, «les investisseurs ne veulent pas trop s'exposer avant le week-end, en vue des élections en Grèce», a commenté Sam Stovall.

La gauche radicale de Syriza est la favorite des élections législatives qui auront lieu dimanche et son meneur, Alexis Tsipras, a averti qu'il y aurait peut-être «de grands affrontements» sur la dette de la Grèce (175% du PIB, plus de 300 milliards d'euros) auprès de l'Union européenne (UE), du Fonds monétaire international (FMI) et de la BCE.

Sur le plan de l'économie américaine, Wall Street «a peut-être aussi réagi à des chiffres sur les ventes de logements existants moins bonnes que prévu», a noté Sam Stovall.

Il a cependant estimé que leur effet avait été plus ou moins «annulé» sur le marché par la publication d'un bon indice composite sur les principaux indicateurs, établi par la fédération du Conference Board et conforme aux attentes.

McDo baisse, Starbucks bondit 

Le marché obligataire profite, lui, de l'incertitude. Vers16 h 30, le rendement des bons à dix ans chutait à 1,790%, contre 1,874% jeudi soir, et celui des bons du Trésor à 30 ans à 2,364%, contre 2,443% précédemment.

Prises individuellement, les valeurs étaient animées par plusieurs résultats d'entreprises, comme la chaîne de restauration rapide McDonald's qui a perdu 1,46% à 89,56 dollars après avoir annoncé un recul de ses ventes en 2014 et un ralentissement de ses investissements.

Le spécialiste des produits de grande consommation Kimberly-Clark, dont les résultats pour l'an dernier et les prévisions ont déçu, a chuté de 6,16% à 111,65 dollars.

Le groupe américain de messagerie United Parcel Service (UPS) est tombé de 9,91% à 102,93 dollars, après avoir abaissé ses prévisions pour 2014 et s'être montré pessimiste pour la suite, en partie à cause d'effets de change défavorables.

Le studio de dessins animés Dreamworks, qui va licencier un quart de ses effectifs et ralentir le rythme de sa production, a abandonné 7,70% à 19,67 dollars.

Le fabricant de jouets LeapFrog s'est écroulé de 34,62% à 2,55 dollars après une baisse de ses ventes trimestrielles, se disant lui-même «très déçu» et abaissant sa prévision pour l'ensemble de son exercice.

À l'inverse, la chaîne de cafés Starbucks a bondi de 6,62% à 88,22 dollars, après avoir annoncé une hausse de sa fréquentation trimestrielle et confirmé ses objectifs.

Le groupe industriel Honeywell, qui a dégagé des bénéfices meilleurs que prévu en 2014, a avancé de 3,13% à 102,50 dollars.

Le service américain de stockage de fichiers en ligne Box s'est envolé de 65,93% pour ses débuts à la Bourse de New York, terminant à 23,23 dollars contre un prix d'introduction de 14 dollars.

Enfin, le voyagiste en ligne Expedia a pris 2,02% à 87,44 dollars, après l'annonce du rachat pour 280 millions de dollars de son concurrent Travelocity au groupe Sabre (+1,12% à 20,71 dollars).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer