Wall Street finit en hausse, optimiste avant la Fed

Après une ouverture en légère baisse, les indices... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Après une ouverture en légère baisse, les indices évoluaient tout juste au-dessus de l'équilibre en mi-séance.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a fini dans le vert mardi, se voulant optimiste à la veille d'une décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) et en dépit d'indicateurs sans éclat et du chaos en Irak.

-------------------

Les marchés à la clôture:

  • TSX : +15,46 (0,10%) à 15 055,89

  • Dow Jones : +27,48 (0,16%) à 16 808,49

  • S&P 500 : +4,21 (0,22%) à 1 941,99

  • NASDAQ : +16,12 (0,37%) à 4 337,23

--------------------«Le marché se stabilise après avoir chuté sur l'Irak et se met en attente avant la décision et les prévisions économiques de la Fed (...) même si on mise sur le statu quo», a relevé Art Hogan, de Wunderlich Securities.

Le Comité de politique monétaire de la banque centrale américaine (FOMC) doit publier mercredi un communiqué fixant son cap, à l'issue d'une réunion de deux jours qui a débuté mardi.

Les opérateurs suivront en particulier tout commentaire laissant anticiper une remontée des taux d'intérêt américains, au cours d'une conférence de presse de la patronne de l'institution, Janet Yellen.

Ils y seront d'autant plus attentifs que des signes d'accélération de l'inflation mardi, avec la hausse plus forte que prévu des prix à la consommation en mai aux États-Unis, contribuaient à faire craindre un resserrement anticipé de la politique de la Fed.

Ces prix ont progressé de 0,4% sur un mois, leur plus forte hausse depuis février 2013.

Porté par un certain optimisme, le marché a accueilli sans broncher cette nouvelle, de mauvais augure pour le pouvoir d'achat des ménages américains, tout comme un chiffre peu encourageant sur l'immobilier américain.

Les mises en chantier de logements aux États-Unis ont en effet reculé davantage qu'attendu en mai, régressant de 6,5%, soit davantage que les 4% prévus.

Quoique surveillée sans affolement, la situation de plus en plus chaotique en Irak, un pays clef pour la production de pétrole, est restée sur le devant de la scène. Le marché craint qu'une hausse des prix du pétrole ne fasse obstacle à la reprise économique mondiale.

Les indices ont en outre bénéficié de la bonne performance du secteur financier notamment.

Le marché obligataire a nettement reculé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est monté à 2,655% contre 2,597% lundi soir et celui à 30 ans à 3,446% contre 3,397% la veille.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer