Wall Street manque d'entrain après quatre séances à la hausse

Mercredi les investisseurs se plaçaient en retrait faute... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Mercredi les investisseurs se plaçaient en retrait faute d'information économique majeure et en attendant la publication jeudi de la deuxième estimation du produit intérieur brut des États-Unis au premier trimestre.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street a terminé dans le rouge mercredi, interrompant une série de quatre séances consécutives dans le vert et en l'absence d'indicateur majeur.

------------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 610,96 / -47,06 (-0,32%)
  • Dow Jones 16 633,18 / -42,32 (-0,25%)
  • S&P 500 1 909,78 / -2,13 (-0,11%)
  • NASDAQ 4 225,07 / -12,00 (-0,28%)
-----------------

Aidés par des indicateurs américains encourageants et la perspective de nouvelles mesures de soutien à l'économie par la Banque centrale européenne lors de sa prochaine réunion, les indices avaient bien grimpé au cours des quatre séances précédentes.

Mais mercredi les investisseurs n'avaient pas d'information économique majeure à se mettre sous la dent et ont préféré rester en retrait en attendant des éléments justifiant une nouvelle poussée.

La publication jeudi de la deuxième estimation du produit intérieur brut des États-Unis au premier trimestre pourrait animer les échanges.

«Ce sera un peu une 'vieille' nouvelle» concernant les trois premiers mois de l'année, «mais cela retient l'attention du marché car on s'attend à l'annonce d'une contraction de l'économie», a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Les investisseurs surveilleront également les chiffres sur les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et sur les promesses de ventes de maisons.

Le marché obligataire a poursuivi sa progression. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,438% contre à 2,518% mardi soir, à son plus bas niveau depuis juin 2013, et celui à 30 ans, à 3,288%, contre 3,367% à la précédente clôture, signes d'une très forte demande pour ces actifs habituellement jugés plus sûrs que les actions.

«Comme il ne passe pas grand-chose sur le marché des actions, les investisseurs se posent des questions sur la signification» de ce fort intérêt pour le marché obligataire, a relevé Art Hogan de Wunderlich Securities. «On se demande notamment si un rendement des bons du Trésor à 10 ans aussi bas n'est pas le signal d'une économie qui ralentit», a-t-il noté.

Nouveau designer à Ford 

Les courtiers ont par ailleurs digéré les résultats trimestriels contrastés de quelques entreprises comme le constructeur de maisons Toll Brothers, qui a gagné 2,08% à 36,38 dollars après avoir fait part d'un bénéfice et d'un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes.

La marque de prêt-à-porter haut de gamme Michael Kors a aussi publié des chiffres dépassant les prévisions et s'est apprécié de 1,33% à 97,01 dollars.

La chaîne de magasins de chaussures à prix cassés DSW a elle beaucoup déçu et chuté de 27,37% à 23,62 dollars.

L'un des titres chouchous de Wall Street, celui du fabricant de voitures électriques Tesla, a perdu 0,62% à 210,24 dollars. Mardi, l'agence de notation S&P a estimé que les obligations émises par l'entreprise relevaient de la catégorie des investissements spéculatifs, ses titres de dette encourant un risque élevé de ne pas être remboursés.

Autre titre phare de la place new-yorkaise, Twitter a bondi de 10,69% à 33,77 dollars après le relèvement par Nomura de sa recommandation sur l'action.

Le groupe pharmaceutique canadien Valeant Pharmaceuticals International a lâché 2,31% à 126,95 dollars. Il a relevé à près de 50 milliards de dollars son offre de rachat sur Allergan, le fabricant américain du traitement antirides Botox (-5,39% à 156,12 dollars).

L'annonce par le géant de la restauration rapide McDonald's d'un plan de redistribution à ses actionnaires, sous la forme de rachats d'actions et de versements de dividendes, pouvant s'élever jusqu'à 20 milliards de dollars n'a pas enthousiasmé le marché: le titre a perdu 1,04% à 101,30 dollars.

Ford a terminé en hausse de 0,93% à 16,31 dollars. Le constructeur a nommé un nouveau designer pour ses activités européennes dont il prévoit le redressement en 2015. Joel Piaskowski, 45 ans, un ancien de Mercedes, faisait partie de l'équipe qui a conçu la version Pickup de la mythique Mustang, le F-150.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer