Wall Street marque une pause après ses nouveaux records

Le marché marquait une pause en début de... (Photo David Karp, AP)

Agrandir

Le marché marquait une pause en début de séance, et digérait un nouvel indicateur sur l'économie américaine.

Photo David Karp, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a terminé en nette baisse mercredi, les investisseurs manquant d'entrain au lendemain de nouveaux records et surveillant avec nervosité la hausse du marché obligataire.

-----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX : -6,08 (-0,04%) à 14 673,73
  • Dow Jones : -101,47 (-0,61%) à 16 613,97
  • S&P 500 : -8,92 (-0,47%) à 1 888,53
  • NASDAQ : -29,54 (-0,72%) à 4 100,63
-----------------

En légère baisse en début de séance, les indices ont accentué leurs pertes au cours des dernières heures d'échanges.

«Il n'y a pas de quoi s'affoler, ce n'est que le premier jour de recul après trois séances de hausse» du S&P 500, a relevé Dan Greenhaus, de BTIG.

L'indice élargi a d'autre part signé mardi un deuxième record historique consécutif, le Dow Jones se hissant de son côté à des sommets trois jours d'affilée.

«Il n'y a rien eu de particulièrement négatif» dans les nouvelles mercredi, mais le marché «digère les gains des derniers jours», a indiqué de son côté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

Du côté des indicateurs, pour le deuxième mois consécutif, les prix à la production aux États-Unis ont augmenté plus que prévu en avril, s'adjugeant 0,6% ce mois-là, soit leur plus forte hausse depuis septembre 2012.

En d'autres termes, «il est trop tôt pour affirmer que l'inflation commence à accélérer» aux États-Unis et «la route est encore longue avant que cette hausse se traduise par une inflation dans les ventes au détail», mais «cette progression vigoureuse est un indicateur à surveiller», a commenté Joel Naroff, de Naroff Economic Advisors.

En dépit des niveaux historiquement élevés des indices new-yorkais, la forte hausse du marché obligataire, jugé moins rémunérateur, mais plus sûr que le marché des actions, dénotait la nervosité sous-jacente du marché, selon certains investisseurs.

«Ce sont deux histoires complètement différentes: d'un côté, nous avons une Bourse à des niveaux record, ce qui laisserait supposer que les opérateurs affluent vers les actions et se détachent du marché obligataire. De l'autre, on a des bons du Trésor au rendement en nette chute», traduisant l'engouement de Wall Street pour les actifs obligataires, a indiqué Steven Rosen, courtier de la Société Générale à New York. «C'est assez incompréhensible», a-t-il estimé.

Le marché obligataire a en effet affiché une nette progression: le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,543% contre 2,618% mardi, après avoir touché un plus bas depuis le 31 octobre à 2,525% en séance, et celui à 30 ans à 3,375% contre 3,454% à la précédente clôture.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer