Wall Street finit sans direction

Ce sont les publications trimestrielles en demi-teinte des... (Photo Richard Drew, AP)

Agrandir

Ce sont les publications trimestrielles en demi-teinte des entreprises américaines qui font pression sur les indices, ont estimé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Photo Richard Drew, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

La Bourse de New York a fini sans direction jeudi, troublée par des résultats très décevants dans la distribution et des publications contrastées dans le secteur bancaire.

La Bourse de Toronto a clôturé la séance sur une modeste hausse, essentiellement grâce à un bond du secteur minier. Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,16 cent US à 91,53 cents US.

-----------------

Les marchés à la clôture:

  • TSX 13 831,58 / 59,00 (0,43%)
  • Dow Jones 16 417,01 / -64,93 (-0,39%)
  • S&P 500 1 845,89 / -2,49 (-0,13%)
  • NASDAQ 4 218,69 / 3,81 (0,09%)

-----------------

Dès l'ouverture de la séance, les investisseurs ont déchanté, les résultats peu brillants de quelques entreprises américaines clef, dans le secteur financier notamment.

Si la banque d'investissement Goldman Sachs (-2,00% à 175,17 dollars) a fait part de résultats globalement supérieurs aux attentes au quatrième trimestre et sur l'année 2013, Citigroup (-4,35% à 52,60%) a nettement déçu les attentes du marché, malgré un doublement de son bénéfice sur un an pour le trimestre précédent.

Dans leur sillage, le reste du secteur bancaire s'est installé dans le rouge: Bank of America a cédé 0,41% à 17,08 dollars, JPMorgan Chase 0,84% à 58,99 dollars et Morgan Stanley 0,68% à 32,00 dollars. Publiant après la clôture, American Express a cédé 0,53% à 87,79 dollars.

«On se rend compte, qu'en dehors de Bank of America, toutes les banques qui ont publié leurs résultats ont subi une baisse de leur chiffre d'affaires, même si certaines ont réussi à faire progresser leurs bénéfices grâce à des réductions de coûts et des retours de provisions», a expliqué Gregori Volokhine, gérant du fonds Meeschaert America.

Plombant aussi l'humeur des opérateurs, le distributeur américain d'électronique grand public Best Buy a plongé de 28,59% à 26.83 dollars, pénalisé par des ventes décevantes en fin d'année, et mettant en lumière pour beaucoup les difficultés subies par le secteur de la distribution face à l'influence croissante des achats sur l'internet.

«C'est peut-être une preuve en plus que (les distributeurs) sont en train de perdre la bataille (malgré) la course en avant vers la baisse des prix», a observé M. Volokhine.

À la suite de Best Buy, le détaillant en produits électroniques RadioShack a glissé de 5,12% à 2,04 dollars. Le géant de l'achat en ligne Amazon est de son côté resté quasi stable (-0,02% à 395,80 dollars).

«On a vu peu de bonnes nouvelles aujourd'hui», a noté Jack Ablin, de BMO Private Bank, selon qui «Wall Street aimerait que les bons chiffres macroéconomiques finissent par se traduire sur les résultats des entreprises».

Les opérateurs ont effet accueilli une salve d'indicateurs aux États-Unis, jugés dans l'ensemble de bon augure pour l'économie du pays.

Dans le domaine clef de l'emploi, les inscriptions au chômage ont enregistré une baisse inattendue au cours de la semaine achevée le 11 janvier, tandis que du côté de l'inflation, les prix à la consommation ont augmenté conformément aux attentes en décembre.

En outre, la croissance de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie s'est accélérée plus que prévu en janvier.

Du côté des autres résultats, l'assureur santé UnitedHealth a reculé lui de 2,78% à 72,76 dollars après avoir publié des prévisions de résultats 2014 inférieures aux attentes des analystes.

Yahoo! a cédé 1,78% à 40,34 dollars au lendemain de l'annonce du départ inexpliqué du numéro deux du groupe, son directeur d'exploitation Henrique de Castro, des rumeurs faisant état de résultats publicitaires peu satisfaisants.

Le marché obligataire a avancé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,843% contre 2,882% mercredi soir et celui à 30 ans à 3,773% contre 3,806% à la précédente clôture.

Les minières font grimper le TSX

La Bourse de Toronto a clôturé la séance de jeudi sur une modeste hausse, essentiellement grâce à un bond du secteur minier.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 59 points pour terminer la journée à 13 831,58 points. Ses gains ont toutefois été retenus par l'action de Bombardier, qui a piqué du nez après que l'avionneur eut annoncé que sa nouvelle ligne d'avions CSeries entrerait en service plus tard que prévu.

Son appareil CS100 ne sera pas livré avant la deuxième moitié de 2015, tandis que le CS300, une version de plus grande taille, prendra son envol environ six mois plus tard. Les avions de la CSeries devaient initialement être prêts vers la fin de 2014 ou tôt en 2015.

L'action de Bombardier a culbuté de 7,74 pour cent, à 4,17 $, sur un très lourd volume de 35,7 millions d'actions - soit environ sept fois plus que lors d'une séance normale.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,16 cent US à 91,53 cents US.

L'annonce de Bombardier a fait reculer le secteur industriel du parquet torontois de près d'un pour cent, jeudi. Les actions des transporteurs ferroviaires ont aussi cédé du terrain, le titre du Canadien National ayant échappé 1,09 $ à 58,64 $ tandis que celui du Canadien Pacifique a rendu 73 cents à 163,52 $.

L'action de Teck Resources (TSX:TCK.B) a gagné 1,19 $ à 28,51 $, tandis que celle de Thompson Creek Metals a avancé pour une troisième séance de suite à la suite d'une amélioration de son évaluation par Bank of America/Merrill Lynch. Elle a pris 12 cents, soit 3,8 pour cent, à 3,28 $, après avoir gagné 12 pour cent mercredi et 18 pour cent mardi.

Le groupe de l'énergie a progressé de 0,73 pour cent, même si le prix du pétrole brut a retraité de 21 cents US à 93,96 $ US le baril à New York.

Le cours du lingot d'or a pour sa part grimpé de 1,90 $ US à 1240,20 $ US l'once à New York et le secteur aurifère torontois a gagné environ 0,7 pour cent. Le titre d'Iamgold s'est emparé de 7 cents à 4,25 $.

- Avec La Presse Canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer