Sinorama: des finances en eaux troubles

Rencontrés à leurs bureaux du Quartier chinois, les... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Rencontrés à leurs bureaux du Quartier chinois, les dirigeants de Sinorama ont admis être en négociation avec des financiers pour trouver des fonds.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Le voyagiste Sinorama, popularisé à grands coups de publicités par la comédienne Guylaine Tremblay, est dans une situation financière précaire.

Selon une enquête de La Presse, il manquait 11 millions de dollars dans les coffres de l'entreprise à la fin de 2017 pour honorer les futurs voyages déjà payés par les consommateurs. Leur principale destination était la Chine.

La plupart des 30 000 clients annuels de Sinorama, faut-il savoir, doivent payer la totalité de leurs voyages plusieurs mois d'avance pour satisfaire aux exigences de l'entreprise. À la fin de 2017, leurs dépôts totalisaient 37,8 millions CAN, et une partie avait servi à prépayer certains fournisseurs (avion, hôtels, autocar, etc.).

Or, en date du 31 décembre 2017, l'entreprise indique qu'elle n'avait pas les liquidités suffisantes pour combler, au cours des mois suivants, le reste des paiements à faire aux fournisseurs pour les voyages déjà payés par les clients. Le trou est précisément de 10,9 millions. Pour parvenir à combler ce trou, elle compte s'en remettre aux ventes à de nouveaux clients.

L'information est écrite noir sur blanc dans les états financiers de Sinorama Corporation, rendus publics le 17 avril (1). «La différence [...] entre les dépôts des consommateurs et les prépaiements devra être financée par les liquidités provenant des activités futures, au moins pour la somme de 10,9 millions qui excèdent nos liquidités disponibles au 31 décembre 2017», est-il écrit dans le document.

Ce constat laisse perplexe l'expert Michel Magnan, professeur de comptabilité à l'Université Concordia, qui a parcouru les documents financiers à notre demande.

«Autrement dit, la compagnie doit trouver de nouveaux clients pour payer les voyages des clients actuels. C'est un modèle d'affaires qui n'est pas soutenable et ce n'est pas rassurant.»

L'entreprise cherche des fonds

Rencontrés à leurs bureaux du Quartier chinois, boulevard Saint-Laurent, les dirigeants de Sinorama ont admis être en négociation avec des financiers pour trouver des fonds. Ils affirment avoir mandaté la firme comptable Raymond Chabot pour les aider dans cette recherche de financement.

Le président du conseil de Sinorama, Hong «Simon» Qian, a vivement défendu le modèle d'affaires de l'entreprise. Il a expliqué que Sinorama avait beaucoup de dépenses parce qu'elle achète des blocs de chambres et des forfaits à l'étranger plusieurs mois d'avance sans avoir eu, au préalable, de réservations spécifiques de la part de clients. Ce modus operandi a pour but «d'économiser et d'éviter les hausses de prix qui surviendront dans l'année».

Au bureau de l'Office de la protection du consommateur (OPC), qui gère les permis des agences de voyages, on confirme qu'il y a des vérifications spécifiques sur ce dossier.

«Nous sommes bien au courant des faits que vous nous rapportez [trou de 11 millions]. Nous sommes en contact étroit avec la direction de l'entreprise», affirme Charles Tanguay, porte-parole de l'OPC.

Une avalanche de pubs

Sinorama Corporation, contrôlée par le couple Wenjia «Martine» Jing et Hong «Simon» Qian, de Brossard, a connu une expansion phénoménale ces dernières années et vit en quelque sorte une crise de croissance.

Depuis l'automne, l'agence de voyages fondée en 2005 est l'une des plus en vue à Montréal, grâce à une avalanche de publicités. En 2017, le budget de publicité et de promotion s'est d'ailleurs élevé à 8,0 millions.

Les publicités les plus remarquées mettent en vedette la très populaire comédienne Guylaine Tremblay (hier soir, La Presse n'avait pas pu la rejoindre pour lui parler). Les voyageurs qui reviennent de l'étranger sont aussi frappés par l'affiche géante de Sinorama dans le hall d'attente de la douane à l'aéroport de Montréal.

Forfaits Chine : 999 $

En 2017, Sinorama a vendu des voyages et des forfaits d'autocar totalisant 123 millions CAN, en hausse de 27% sur l'année précédente. Ce volume d'affaires est environ 10 fois plus gros que celui des autres grands voyagistes au Québec, en excluant Transat.

Les trois quarts des forfaits de Sinorama sont vers la Chine ou un autre pays d'Asie. L'essentiel de ces voyages sont vendus à des Québécois depuis le siège social de l'entreprise, situé dans le Quartier chinois de Montréal, boulevard Saint-Laurent, où travaillent 149 des 167 employés de l'entreprise.

La publicité n'est pas le seul moyen utilisé par Sinorama pour faire mousser ses ventes. L'entreprise a une politique de prix très «agressive». Par exemple, sur son site internet, Sinorama offre son forfait «Trésors de Chine» pour aussi peu que 999 $, taxes comprises. Pour les dates plus populaires, le prix moyen grimpe à 1299 $. Le voyage de 11 jours comprend le billet d'avion (vol de 14 heures) aller-retour, les tours d'autocar et les hôtels cinq étoiles, avec déjeuners.

De tels prix surprennent Michel Archambault, professeur émérite de l'UQAM qui travaille dans l'industrie du tourisme depuis plus de 25 ans.

«Sinorama doit sûrement avoir l'expertise à destination, puisque les propriétaires sont d'origine chinoise. Maintenant, c'est difficile de voir comment l'entreprise peut obtenir une rentabilité avec une telle structure de prix.»

Simon Qian, de Sinorama, fait valoir que cette politique de bas prix fait partie de leur stratégie, que l'entreprise mise sur de gros volumes de clients, quitte à diminuer les marges de profit. «C'est pourquoi les concurrents nous haïssent», dit sa conjointe Martine Jing, PDG de l'entreprise.

Le transporteur Air Canada a d'ailleurs remis un trophée à Sinorama pour son «accomplissement exceptionnel» en 2017.

La firme comptable renvoyée

En janvier, la direction de l'entreprise a annoncé qu'elle avait renvoyé la firme de vérification comptable, Anton & Chia, de Californie, pour la remplacer par ZH, de Vancouver.

Puisque Sinorama Corporation est inscrite sur le marché boursier hors cote du NASDAQ, aux États-Unis, elle doit justifier un tel changement, jugé significatif. Dans une lettre déposée à la Securities and Exchange Commission (SEC), la direction précise qu'elle a des faiblesses quant au contrôle financier interne, notamment en raison de l'absence d'un comité d'audit indépendant, un élément que ne contredit pas la firme comptable démise, Anton & Chia.

Le nouveau vérificateur ZH, de Vancouver, a approuvé les états financiers de 2017, mais ceux de 2016 ont dû être corrigés. Essentiellement, les pertes nettes de 2016 ont été rétrospectivement rehaussées de 1,4 million, à 7,0 millions. La perte comptable de 2017 est de 717 000 $, mais Sinorama est demeurée incapable de générer des liquidités avec ses activités courantes (déficit de 2,0 millions en 2017, comme en 2016).

Au bout du compte, la société a plus de passif que d'actifs dans ses livres, si bien que sa valeur nette était négative de 4,8 millions au 31 décembre 2017.

- Avec la collaboration d'André Dubuc, La Presse

***

1. Sinorama est tenue de publier ses états financiers en dollars US sur le site de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis depuis qu'elle a commencé à collecter des fonds auprès des investisseurs, en 2016. Pour simplifier la compréhension, nous avons converti tous les chiffres en dollars canadiens.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer