Aidée par le courtage, Goldman Sachs dépasse les attentes

Le chiffre d'affaires a progressé de 25,04 % à... (Photo archives REUTERS)

Agrandir

Le chiffre d'affaires a progressé de 25,04 % à 10,04 milliards de dollars contre 8,74 milliards attendus en moyenne par les analystes.

Photo archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a annoncé mardi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, grâce notamment au rebond des activités de courtage qui ont généré leurs meilleures recettes en trois ans.

Lors du premier trimestre, le bénéfice net a bondi de 26,6 % à 2,74 milliards de dollars, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 6,95 dollars contre 5,58 dollars anticipés.

Le chiffre d'affaires a, lui, progressé de 25,04 % à 10,04 milliards de dollars contre 8,74 milliards attendus en moyenne par les analystes.

Les recettes générées par les activités spéculatives, force traditionnelle de la firme, ont fortement rebondi de 31 % à 4,39 milliards de dollars par rapport au premier trimestre. La remontée est de 85 % comparé au quatrième trimestre 2017 où elles avaient plongé. Les analystes anticipaient 4 milliards de dollars au total, selon le service financier Factset.

Dans le détail, le courtage des obligations, des devises et des matières premières (FICC) a vu ses revenus progresser de 23 % à 2,07 milliards de dollars contre 2,1 milliards escomptés.

Goldman Sachs a tenu à souligner que les conditions de marché pour le FICC, locomotive des profits par le passé, s'étaient considérablement «améliorées» et que l'activité des clients était «élevée».

Portés par la forte volatilité observée sur les places financières en février et en mars, les revenus de la négociation des actions et autres titres financiers ont pour leur part flambé de 38 % à 2,31 milliards de dollars, contre 1,9 milliard attendu.

Dans l'ensemble, «c'est le meilleur trimestre en trois ans» pour le courtage, a souligné l'établissement qui traverse actuellement une passe difficile et essaie de se faire une place dans les activités traditionnelles que sont les dépôts et les prêts aux ménages et aux PME.

Elle a racheté récemment Clarity Money, une application aidant les consommateurs à mieux gérer leur argent, qu'elle propose aux clients de sa plateforme en ligne de prêts aux particuliers Marcus, lancée en 2016.

Lors des trois derniers mois, la division «Investissements et prêts» a vu ses revenus progresser de 43 % à 2,09 milliards de dollars. Elle comprend notamment différents crédits accordés par Goldman Sachs et ses participations dans des startups.

Lors du trimestre sous revue, l'institution a vendu sa participation dans Transunion et Kensho, une société spécialisée dans l'intelligence artificielle dont elle était actionnaire, a été vendue à S&P Global. Enfin, la valorisation de Spotify AB, le service de streaming de musique dont Goldman Sachs a été un des premiers investisseurs, a vu sa valorisation croître juste avant son entrée en Bourse le 3 avril.

À Wall Street, le titre Goldman Sachs gagnait 1,03 % à 260,94 dollars vers 8h15 dans les échanges électroniques de préséance.




publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer