Les bénéfices d'AT&T bondissent grâce à l'intégration de DirecTV

En incorporant DirecTV, AT&T affirme être devenu le... (Photo Archives AP)

Agrandir

En incorporant DirecTV, AT&T affirme être devenu le plus gros fournisseur de télévision payante aux États-Unis et dans le monde.

Photo Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

L'opérateur télécoms américain AT&T a annoncé mardi un bond de ses bénéfices et de ses revenus au premier trimestre, principalement du fait de l'intégration du câblo-opérateur DirecTV racheté en 2015 pour 49 milliards de dollars.

Le résultat net a grimpé de 15% à 3,8 milliards de dollars, soit un bénéfice par action ajusté, référence à Wall Street, de 72 cents contre 69 cents anticipés par les marchés.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 40,5 milliards (+24% sur un an), contre 40,47 milliards de dollars espérés, grâce aux revenus de DirecTV dont les résultats sont consolidés dans AT&T.

L'intégration du câblo-opérateur, qui est censée permettre à AT&T de réaliser des synergies de 1,5 milliard de dollars d'ici la fin de l'année, a permis à l'opérateur télécoms de réduire ses dépenses opérationnelles de 6,4 milliards de dollars en un an, fait-il remarquer.

Alors que les opérateurs télécoms américains se livrent une bataille d'abonnés sans pour autant vouloir casser leurs prix, AT&T annonce que son taux de désabonnements a stagné sur un an pour s'établir à 1,42%.

Le titre, qui avait terminé dans le rouge à Wall Street, hésitait dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance: après avoir monté, il plongeait de nouveau dans le rouge en cédant un peu plus de 1%.

«Nous observons une grande dynamique depuis l'annonce de nos offres intégrées - wifi, vidéo et câble», se réjouit le PDG Randall Stephenson, cité dans un communiqué.

Il annonce qu'AT&T va lancer des services de «streaming» au quatrième trimestre, afin de répondre à la désaffection des ménages américains qui se désabonnent de plus en plus du câble aux prix onéreux pour les services de streaming en ligne comme Netflix, Amazon ou Hulu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer