FedEx déçoit malgré la chute des prix du pétrole

FedEx explique qu'il n'a pas pu profiter pleinement... (Photo Mike Blake, archives Reuters)

Agrandir

FedEx explique qu'il n'a pas pu profiter pleinement de son plan d'économies dont les effets positifs ont été «contrecarrés par des frais élevés de maintenance des avions», selon FedEx.

Photo Mike Blake, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le groupe américain de messagerie FedEx (FDX) a déçu Wall Street en annonçant mercredi une performance en dessous des attentes et en confirmant ses prévisions annuelles malgré la chute des prix du pétrole censée réduire sa facture de carburant.

Sur les trois mois achevés le 30 novembre correspondant au deuxième trimestre de son exercice décalé 2014/2015, le groupe a dégagé un bénéfice net de 616 millions de dollars, selon un communiqué.

Si celui-ci est en hausse de 23,2% sur un an, il est en dessous des attentes. En effet, ce résultat se traduit par un bénéfice par action hors éléments exceptionnels, référence à Wall Street, de 2,14 dollars contre 2,22 dollars attendus en moyenne par les analystes.

Le chiffre d'affaires a progressé de 4,39% sur un an à 11,9 milliards de dollars. Il est conforme aux attentes des analystes.

Le groupe de Memphis explique qu'il n'a pas pu profiter pleinement de son plan d'économies dont les effets positifs ont été «contrecarrés par des frais élevés de maintenance des avions», selon FedEx.

FedEx veut notamment économiser 1,7 milliard de dollars en modernisant notamment sa flotte, avec des avions plus économes en carburant, et en étendant ses activités dans le transport terrestre.

Le groupe a en outre confirmé mercredi ses prévisions de bénéfices annuels malgré la chute des prix du pétrole censée pourtant réduire sa facture de carburant.

FedEx prévoit un bénéfice par action annuel compris entre 8,50 dollars et 9 dollars. Cette fourchette est en dessous des 9,12 dollars anticipés en moyenne par les analystes.

«Ces projections prennent en compte une croissance modérée de l'économie et un modeste effet positif de (la chute des prix) du carburant», souligne FedEx.

À Wall Street, cette publication était mal accueillie: le titre décrochait de 4,60% à 166,25 dollars dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.

Dans le détail, ses différentes branches ont vu leur activité augmenter.

La division de transport express a vu ses recettes progresser de 2,63% à 7,02 milliards de dollars, grâce à une hausse de 7% des volumes aux États-Unis et une réduction continue des coûts.

Cette branche avait été pénalisée longtemps par la conjoncture qui poussait les consommateurs à privilégier les modes d'expédition moins chers.

À cet effet, les services de transport terrestre (FedEx Ground) continuent à gagner du terrain. Leur chiffre d'affaires a augmenté de 7,37% sur un an à 3,06 milliards de dollars. Cette division doit aussi sa bonne santé au commerce en ligne.

Enfin, la division Fret a vu ses revenus bondir de 11,18% sur un an à 1,59 milliard de dollars.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer