Davie: la ministre Qualtrough se défend après avoir refusé de visiter le chantier

Selon des notes de breffage obtenues par La... (Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil)

Agrandir

Selon des notes de breffage obtenues par La Presse, la ministre Carla Qualtrough a décliné une invitation à assister à l'inauguration d'un navire fédéral construit par Davie - l'Asterix  - l'automne dernier.

Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) La ministre responsable des contrats fédéraux a dû défendre son traitement du chantier maritime Davie, hier, après des révélations récentes sur son refus de visiter l'entreprise de Lévis.

Selon des notes de breffage obtenues par La... (photo chris wattie, archives reuters) - image 1.0

Agrandir

Selon des notes de breffage obtenues par La Presse, la ministre Carla Qualtrough a décliné une invitation à assister à l'inauguration d'un navire fédéral construit par Davie - l'Asterix  - l'automne dernier.

photo chris wattie, archives reuters

Selon des notes de breffage obtenues par La Presse, la ministre Carla Qualtrough a décliné une invitation à assister à l'inauguration d'un navire fédéral construit par Davie - l'Asterix  - l'automne dernier. Elle a toutefois accepté de visiter le chantier néo-écossais Irving, un concurrent de Davie qui a récolté des dizaines de milliards en contrats fédéraux au cours des dernières années.

Accusant la ministre de faire preuve de « mépris envers les travailleurs », le député conservateur Steven Blaney a talonné la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement pour savoir si elle accorderait d'autres contrats au chantier de Lévis.

« Le chantier Davie est un chantier majeur, a répondu la ministre Qualtrough. Nous reconnaissons l'expertise de ses travailleurs. Ils ont fait un excellent travail pour livrer l'Asterix. À la suite de la consultation avec les membres de l'industrie, le gouvernement du Canada a entamé des discussions avec le chantier Davie sur les options pour répondre aux besoins de la Garde côtière canadienne en matière de capacité provisoire des brise-glaces. »

« PREMIÈRES ÉTAPES »

Mme Qualtrough a précisé qu'Ottawa en était « aux premières étapes » de la négociation avec Davie, et que davantage de renseignements seraient divulgués « une fois les discussions terminées ». Dans une lettre ouverte publiée dimanche dans Le Soleil, Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, a exhorté Ottawa à procéder à des « annonces concrètes rapidement » dans ce dossier.

Davie a été forcé de mettre à pied 800 de ses 1200 travailleurs au cours des derniers mois, faute de contrats. Le chantier, dont la réputation a été entachée par des problèmes de gestion récurrents et plusieurs faillites au cours des dernières décennies, espère pouvoir rappeler 300 employés s'il obtient le mandat pour la fourniture de quatre brise-glaces fédéraux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer