Plainte de Boeing: un élu républicain se porte à la défense de Bombardier

Un élu de l'Alabama rappelle que le projet... (Photo Regis Duvignau, REUTERS)

Agrandir

Un élu de l'Alabama rappelle que le projet de Bombardier doit générer de 400 à 500 emplois manufacturiers directs dans l'État américain.

Photo Regis Duvignau, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne

Un élu républicain représentant la ville qui doit accueillir la ligne d'assemblage de la C Series en Alabama a décidé de se porter à la défense de Bombardier auprès de la Commission internationale du commerce des États-Unis (USITC).

Dans une lettre envoyée vendredi à sa présidente Rhonda Schmidtlein, Bradley Byrne lui demande de tenir compte des intérêts de l'industrie aéronautique américaine dans son ensemble avant de trancher dans le litige opposant l'avionneur québécois et Boeing.

«Les lois commerciales américaines sont en vigueur pour protéger et promouvoir les produits américains, écrit M. Byrne. Cela signifie préserver le bien-être de toute l'industrie (aéronautique).»

Ce politicien s'ajoute à la longue liste d'élus et de sénateurs démocrates et républicains - sur laquelle figure l'ex-candidat à la présidence John McCain - ayant interpellé l'organisme ou le département du Commerce en vantant les retombées économiques générées par Bombardier au sud de la frontière.

Le représentant de l'Alabama à la Chambre des représentants ajoute que la USITC devrait se rappeler que la portée de 2900 milles nautiques citée par le géant américain vise seulement la C Series dans le segment des appareils de 100 à 150 places, ce qui écarte certains autres concurrents.

Sans nommer d'autres constructeurs, M. Byrne semble faire référence à Embraer - qui semble considérer un rapprochement ou un partenariat avec Boeing - et sa famille E-Jets E2. Ces appareils sont considérés comme des concurrents de la C Series.

La USITC doit trancher le 25 janvier quant à savoir si la vente de 75 CS100 à Delta Air Lines en 2016 a porté préjudice à Boeing et sa famille d'appareils 737 MAX 7, comme le prétend l'avionneur américain dans sa plainte déposée au printemps dernier.

Si c'est le cas, les C Series exportés au sud de la frontière devraient être frappés de droits compensatoires et antidumping finaux de 292,21% déterminés par le département du Commerce le mois dernier.

Boeing accuse Bombardier de concurrence déloyale, alléguant que la multinationale québécoise a bénéficié de subventions gouvernementales indues pour vendre ses avions à des prix jugés dérisoires à Delta - le plus important client de la C Series.

M. Byrne souligne dans sa lettre que la ligne d'assemblage américaine découlant du partenariat entre Bombardier et Airbus générera des retombées économiques importantes à Mobile, où le géant européen est déjà présent.

Le projet de l'avionneur québécois représente un investissement estimé à 300 millions US et doit générer de 400 à 500 emplois manufacturiers directs. Cela s'ajoute aux bénéfices qui devaient être générés par la C Series aux États-Unis avant l'annonce du partenariat permettant à Airbus de devenir l'actionnaire majoritaire du programme.

L'avionneur estimait que sa famille d'avions commerciaux devait générer plus de 30 milliards US en activités au sud de la frontière au cours de son existence, en plus de soutenir plus de 22 700 emplois dans 20 États américains «Les témoignages ayant eu lieu devant la USITC suggèrent qu'aucun préjudice n'a été causé dans ce dossier alors que les retombées économiques de la C Series pour l'industrie américaine semblent significatives», écrit M. Byrne.

À son avis, l'application de sanctions à l'égard de Bombardier pourrait pénaliser de nombreux fournisseurs en plus de mettre en péril des milliers d'emplois manufacturiers, ce qui nuirait à l'industrie aéronautique américaine.

La ligne d'assemblage de la C Series prévue aux installations américaines d'Airbus constitue, selon l'avionneur québécois, un moyen de soustraire sa famille d'avions à d'éventuels tarifs à la frontière. À plus d'une reprise, Boeing a affirmé que ce projet constituait une ruse et que Bombardier n'avait pas véritablement l'intention d'aller de l'avant.

À la Bourse de Toronto, l'action de catégorie B de l'entreprise a clôturé à 3,13 $, en baisse d'un cent, ou 0,32%.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer