Un nouvel avion pour Boeing ou une alliance avec Embraer?

Boeing pourrait notamment renforcer ses liens avec l'avionneur... (Photo Luke MacGregor, archives Bloomberg)

Agrandir

Boeing pourrait notamment renforcer ses liens avec l'avionneur brésilien Embraer, dont le monocouloir E2 est un concurrent direct du CSeries.

Photo Luke MacGregor, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc OLINGA
Agence France-Presse
New York

Boeing pourrait riposter à l'alliance Airbus/Bombardier en s'associant au brésilien Embraer dans le moyen-courrier tout en lançant un nouvel avion pour contrer les ambitions américaines de son rival européen.

«Tout ce qui est bon pour Airbus est mauvais pour Boeing», confie Jim Corridore expert chez CFRA, résumant le sentiment général dans le monde de l'aéronautique, après l'annonce inattendue dans la nuit de lundi à mardi d'un partenariat stratégique Airbus/Bombardier.

Ce rapprochement permet au premier d'ajouter dans son catalogue le segment moyen-courrier de 100 à 150 places à moindre coût car l'accord lui offre 50,01% des parts dans le programme CSeries du second sans qu'il ne débourse un centime.

Airbus pourra en outre désormais se concentrer sur le haut de sa gamme du moyen-courrier, des avions de 180 places et au-delà, et conforter son avance dans ce secteur sur Boeing qu'il domine déjà avec les A320neo remotorisés.

«Nous pensons qu'Airbus veut mettre la pression sur Boeing dans les moyen-courriers et étendre sa présence nord-américaine», en déduit Chris Higgins, analyste chez MorningStar.

Cette alliance ressemble à «un accord discutable entre deux concurrents dépendant grandement des subventions de l'État pour contourner» les récentes décisions américaines d'imposer des droits compensatoires et antidumping au Cseries, a réagi Boeing.

L'avionneur américain était silencieux mardi et examinait, selon une source proche du dossier, ses options.

«Déloyal»

Il devrait sans surprise demander aux autorités de la concurrence de s'opposer à l'accord, dont il devrait ressentir les conséquences à l'horizon 2025, date à laquelle les ventes du monocouloir 737 MAX sont appelées à se tasser, avance Michel Merluzeau chez Air Insight.

«Je ne vois pas la base juridique sur laquelle les régulateurs vont se fonder pour empêcher l'alliance», fait valoir Jim Corridore.

C'est surtout sur le terrain technologique que Boeing devrait répondre à ses rivaux car Airbus va mettre les moyens pour accompagner le développement et le succès commercial du CSeries, s'accordent les experts.

D'autant qu'une version allongée de ce programme, le CSeries 500, bardée des dernières technologies, devrait arriver sur le marché d'ici 2025 pour concurrencer le 737 MAX 8 de Boeing pouvant transporter jusqu'à 200 passagers.

«Boeing va devoir renouveler beaucoup plus tôt que prévu sa gamme de monocouloirs s'il veut garder l'initiative technologique», souligne Michel Merluzeau, tandis que Chris Higgins estime que l'avionneur n'a plus d'autre choix que de combler le trou dans son catalogue entre le 737 MAX (jusqu'à 220 passagers) et le 787 (à partir de 250 sièges) en lançant un nouvel avion.

«Nous pensons que les chances de lancement d'un nouveau programme par Boeing dans les douze prochains moins ont désormais augmenté et sont au-dessus de 50%», estime M. Higgins.

«Je suis convaincu que ça va se faire maintenant», renchérit M. Merluzeau.

En juin, Boeing a laissé entendre qu'un tel projet, le «MoM» (milieu du marché), était dans les tuyaux pour répondre à la demande des compagnies aériennes qui veulent des monocouloirs pouvant effectuer de longues distances.

Boeing pourrait également renforcer ses liens avec l'avionneur brésilien Embraer, dont le monocouloir E2 est un concurrent direct du CSeries. Les trois versions de cette famille E2 (E175, E190 et E195) doivent entrer en service entre 2018 et 2020.

«Il est dans l'intérêt d'Embraer de s'associer à Boeing car battre Bombardier avec son offre de E2 n'était pas difficile quand l'avenir du CSeries était incertain mais la donne a changé», argumente Chris Higgins.

Les deux constructeurs aéronautiques travaillent déjà ensemble sur l'avion de transport militaire KC-390, Boeing s'occupant notamment de la partie commerciale et marketing.

Le rapprochement Airbus/Bombardier intervient au moment où le second est soumis à une forte pression des États-Unis qui ont imposé des droits préliminaires de 220% sur ces avions CSeries importés sur leur sol, ainsi qu'une taxe antidumping de 80%.

Boeing accuse Bombardier de fabriquer ces avions grâce à des subventions publiques et de les avoir vendus à perte à Delta Air Lines.

Pour soutenir les ventes du CSeries, Airbus et Bombardier projettent d'installer aux États-Unis une ligne d'assemblage à Mobile (Alabama) où Airbus est déjà implanté.

«Boeing voulait faire savoir que Bombardier bénéficiait d'un avantage concurrentiel déloyal et ça semble finalement se retourner contre lui», constate Jim Corridore.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer