La compagnie portugaise TAP commande 53 Airbus

Airbus a annoncé vendredi la signature avec la compagnie portugaise TAP d'une... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ARIS

Airbus a annoncé vendredi la signature avec la compagnie portugaise TAP d'une commande ferme pour 53 Airbus long et moyen-courriers A330neo et A320neo d'une valeur catalogue de 8,5 milliards de dollars.

« TAP a signé une commande ferme pour 53 long-courriers et moyen-courriers, dont 14 A330-900neo et 39 avions de la famille A320neo (15 A320neo et 24 A321neo) », a indiqué Airbus dans un communiqué.

L'avionneur a précisé que les A330-900neo remplacent une commande précédente de 12 A350-900.

La compagnie TAP, privatisée au cours de l'été, n'exploite que des Airbus et dispose actuellement de 43 appareils de la famille A320 et de 18 long-courriers.

L'A320neo, version remotorisée du meilleur vendeur de l'avionneur européen, doit entrer en service commercial d'ici la fin de l'année.

Airbus a reçu plus de 4300 commandes pour cet appareil avec lequel il détient environ 60 % du segment de cette catégorie d'appareils.

La nouvelle version de l'A330 doit permettre de réduire de 14 % la consommation par siège. Les premières livraisons sont attendues fin 2017.

« Avec cette commande de 53 avions flambant neufs, TAP renait », a indiqué John Leahy, directeur commercial d'Airbus, cité dans le communiqué.

« L'A330neo, comme la famille A320neo, nous donnera la flexibilité pour pénétrer de nouveaux marchés et améliorer la fréquence sur les existants grâce à la combinaison de leur haute fiabilité, leurs coûts d'exploitation modérés et leur confort exceptionnel », a ajouté Fernando Pinto, PDG de TAP.

Le gouvernement portugais de droite, démissionnaire, a approuvé jeudi la finalisation de la privatisation de 61 % de la compagnie aérienne TAP, sous le feu des critiques de la gauche alors que les socialistes espèrent prendre la tête du futur exécutif.

Il avait annoncé en juin la vente de 61 % du capital de la compagnie aérienne à l'homme d'affaires américano-brésilien David Neeleman, fondateur de la compagnie brésilienne Azul, et à son associé portugais, Humberto Pedrosa.

À court de trésoreries et endetté à hauteur de plus d'un milliard d'euros, le groupe TAP avait creusé ses pertes à 85,1 millions d'euros en 2014.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer