Bombardier: 900 employés en grève à Thunder Bay

Les employés de l'usine de construction de trains de Bombardier à Thunder Bay,... (Photo Susana Gonzalez, Archives Bloomberg)

Agrandir

Photo Susana Gonzalez, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
THUNDER BAY, Ont.

Les employés de l'usine de construction de trains de Bombardier à Thunder Bay, en Ontario, sont en grève, n'ayant pu s'entendre avec la direction.

Le président national du syndicat Unifor, Jerry Dias, a indiqué qu'aucune discussion sérieuse n'avait eu lieu avant l'heure butoir de 14h00, lundi.

Le dirigeant syndical a précisé que les entretiens ayant eu lieu le matin avaient porté sur le protocole à observer en cas de conflit et non pas sur la convention collective à négocier pour les 900 employés de l'usine.

Bombardier (T.BBD.B) souhaite apporter des modifications au régime de retraite et aux avantages sociaux qui sont inacceptables aux yeux des employés et similaires aux demandes ayant provoqué une courte grève en 2011, a-t-il dit.

Un porte-parole de Bombardier, Marc-André Lefebvre, a de son côté indiqué que l'entreprise était «profondément déçue» que les employés soient tombés en grève.

La firme souhaitait parvenir à une entente juste et raisonnable, a-t-il dit.

«Nous croyons avoir offert à nos employés d'Unifor une bonne proposition de convention, une qui de toute évidence fournit des emplois bien payés», a affirmé M. Lefebvre.

La société cherche à minimiser l'impact que le conflit de travail pourrait avoir au niveau de la clientèle, a-t-il ajouté.

M. Dias a indiqué que le syndicat était préparé à rester sur ses positions lors des négociations.

«Nous devons travailler ensemble afin de nous assurer que de bons emplois survivent dans cette province», a-t-il dit.

Les deux parties étaient «prises dans la boue» durant le week-end, a aussi affirmé M. Dias.

L'entreprise a quitté la table des négociations samedi, et les entretiens ayant eu lieu dimanche n'ont rien donné de significatif.

«Je suis venu ici pour parvenir à une entente, mais je ne peux pas parvenir à une entente si je me parle à moi-même», a-t-il lancé.

Aucune nouvelle négociation n'est pour le moment prévue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer