Le compte à rebours reprend pour la Grèce

Vendredi, la Grèce a décroché quatre mois de... (PHOTO YVES HERMAN, REUTERS)

Agrandir

Vendredi, la Grèce a décroché quatre mois de financement supplémentaire, jusqu'à fin juin, mais sous des conditions extrêmement strictes imposées par ses partenaires.

PHOTO YVES HERMAN, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie MAKRIS
Agence France-Presse
ATHÈNES

Alexis Tsipras a peu de temps pour savourer un accord avec la zone euro qu'il revendique comme une victoire: conscient des «difficultés» qui l'attendent, il doit présenter sous 48 heures un catalogue de réformes destinées à entériner le compromis et sauver quelques promesses électorales.

Au bout de trois séries de laborieuses négociations à Bruxelles, la Grèce a vu reculer le spectre d'une sortie de l'euro, et en tous cas espère avoir assuré sa survie budgétaire en décrochant quatre mois de financement supplémentaire, jusqu'à fin juin, mais sous des conditions extrêmement strictes.

Dans une allocution télévisée samedi, le premier ministre Tsipras a estimé avoir «gagné une bataille», balançant entre l'apologie d'un accord qui «laisse derrière [lui] austérité, mémorandum, troïka» et la lucidité sur la «route longue et difficile» qui attend le pays.

Le bilan se mesurera à l'aune du catalogue de réformes que l'exécutif grec doit présenter d'ici lundi soir à ses créanciers, désormais désignés sous le terme d'«institutions» (UE, BCE et FMI) - le terme «troïka» étant banni - et sur la base desquels l'accord sera entériné ou non, lors d'un Eurogroupe téléphonique mardi.

«Je suis absolument certain que la liste des réformes sera approuvée», a déclaré samedi soir le ministre des Finances Yanis Varoufakis à l'issue du conseil des ministres consacré à la dernière réunion de l'Eurogroupe.

Selon lui, le gouvernement devrait être dispensé d'inclure certaines mesures jusqu'alors exigées: hausse de TVA, nouvelles coupes dans les retraites ou poursuite de la dérégulation du marché du travail. Cela permet à Athènes de se présenter désormais en «coauteur des réformes et de sa destinée», plutôt qu'en élève soumis, selon M. Varoufakis.

Certains Grecs relativisent, comme Alexandros Milonas, fonctionnaire:  le pays «n'avait pas une grande marge de manoeuvre», mais l'accord «va dans le bon sens», a-t-il dit à l'AFP.

Le coût des réformes 

Mais rien ne garantit que M. Tsipras décrochera le feu vert de la zone euro sur la mise en oeuvre de la partie la plus débattue de son programme: hausse du salaire minimum - que le gouvernement avait fixée pour 2016 - , hausse des petites retraites, protection des saisies immobilières ou arrêt des privatisations.

Toutes ces mesures ont un coût. Or, dans l'accord trouvé, la Grèce s'engage à ne pas légiférer avec un «impact négatif sur les objectifs budgétaires, la reprise économique et la stabilité financière».

D'autant que ce compromis exclut que le gouvernement puisse utiliser les quelque onze milliards d'euros restant dans le fonds de stabilité des banques grecques pour autre chose que la sauvegarde du système financier. Sachant que la zone euro ne déboursera pas l'argent restant dans le programme d'aide (7,2 milliards d'euros, dont 3,6 venant de l'UE) avant une seconde évaluation des réformes, en avril.

Toutefois l'UE a autorisé Athènes à dégager un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) plus faible qu'initialement souhaité.

Toute réforme «qui n'a pas d'impact budgétaire sévère pourra être mise en oeuvre», a dit samedi le ministre de l'Économie Giorgos Stathakis. Selon lui, certaines mesures de lutte contre la pauvreté promises peuvent aussi rapporter à l'État (via les rééchelonnements d'impayés d'impôts), ou être compensées par les recettes attendues de la lutte contre l'évasion fiscale, la corruption, et la réorganisation de l'administration.

Le compromis trouvé à Bruxelles «donne du temps» pour négocier un nouvel accord avec les créanciers avant fin juin, a estimé M. Tsipras. Pour la presse grecque, il s'agit de l'un des acquis du bras de fer engagé par Syriza avec la zone euro.

Selon Matthieu Pigasse, dirigeant de la banque Lazard qui conseille le gouvernement grec sur la restructuration de la dette, il faut «laisser du temps et de l'oxygène» au pays.

Interprétation radicalement différente pour la presse allemande conservatrice selon laquelle «la Grèce peut enterrer ses rêves politiques» (Die Welt) tandis que quotidien populaire Bild se réjouissait d'un «succès pour Schäuble», le ministre allemand des Finances, face à une Grèce qui «plie».

«Les Grecs n'ont plus rien à obtenir. Je suis sûr qu'ils seront toujours obligés de céder», prédisait Daniel Gros, directeur du Centre pour les études politiques européennes, dans la presse italienne.

Un retour à la réalité inévitable selon le président du parlement européen Martin Schulz: «vous ne devez pas promettre à vos électeurs que vous changerez tout dès le lendemain. C'est un rêve, pas la réalité».




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer