Banque d'Angleterre: désaccord sur les taux

Deux des neuf membres du Comité de politique monétaire de la Banque... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Deux des neuf membres du Comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre ont voté début août pour une hausse de 25 points de base du taux directeur de l'institution, une première en trois ans, selon les minutes de leur réunion publiées mercredi.

Lors de la réunion des 6 et 7 août, Ian McCafferty et Martin Weale ont opté pour une hausse, alors que les sept autres responsables se prononçaient en faveur d'un statu quo sur ce taux fixé à 0,50%. Le Comité a par ailleurs maintenu à l'unanimité le montant total de son programme de rachats d'actifs.

Pour MM. McCafferty et Weale, «les conditions économiques étaient suffisantes pour justifier une hausse immédiate du taux d'intérêt».

Pour eux, «la poursuite d'une baisse rapide du chômage ainsi que des preuves d'un renforcement du marché du travail créaient la perspective d'une accélération de la croissance des salaires», et une hausse de taux était ainsi justifiée afin d'anticiper ce mouvement.

De plus, ils ont estimé que «même après une hausse de 25 points de base du taux directeur, la politique monétaire resterait extrêmement accommodante, et une hausse immédiate faciliterait les aspiration du Comité de ne voir le taux progresser que progressivement».

La majorité des membres a toutefois estimé qu'il y avait «encore trop peu de peu de preuves de pressions inflationnistes pour justifier une hausse de taux immédiate», citant le fait que l'inflation ne devrait pas se hisser au niveau cible de 2% avant mi-2017 et que la croissance risquait de se tempérer quelque peu à court terme.

L'inflation a d'ailleurs ralenti en juillet au Royaume-Uni, la hausse des prix n'atteignant que 1,6% sur un an contre 1,9% en juin, limitant ainsi la nécessité d'une hausse de taux, principale arme monétaire pour lutter contre une inflation jugée élevée.

De plus, selon des chiffres publiés la semaine dernière dans le rapport trimestriel de l'institution présentant ses prévisions pour l'inflation et la croissance, la hausse des salaires en 2014 ne devrait atteindre que 1,25% contre 2,5% estimé trois mois auparavant.

Ainsi, «MM. Weale et McCafferty devraient rester dans la minorité pendant un certain temps», a estimé James Knightley, économiste chez ING, impliquant que la hausse de taux attendue ne devrait pas intervenir avant février 2015, et non novembre 2014 comme quelques observateurs le prévoient encore.

Le taux directeur de l'institution est figé au niveau exceptionnellement bas de 0,50% depuis mars 2009, période au cours de laquelle l'économie britannique était en profonde récession, et n'a pas connu de hausse depuis 2007.

Le programme de rachats d'actifs de l'institution, dit d'«assouplissement quantitatif», a été lancé en mars 2009 et son montant relevé progressivement pour atteindre 375 milliards de livres (684 milliards de dollars CAN) en juillet 2012.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer