La production manufacturière recule en Chine

La production manufacturière en Chine s'est contractée en janvier pour la... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

La production manufacturière en Chine s'est contractée en janvier pour la première fois depuis six mois, selon un indicateur provisoire publié jeudi par la banque HSBC, venant confirmer le ralentissement de la deuxième économie mondiale.

L'indice PMI des directeurs d'achat calculé par HSBC s'établit à 49,6 pour janvier, en net recul après 50,5 en décembre et tombant à son plus bas niveau depuis août.

Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction.

Cette détérioration «s'explique principalement par un ralentissement sur le plan de la demande intérieure», a commenté Qu Hongbin, économiste de HSBC cité dans un communiqué.

La Chine a annoncé lundi avoir enregistré une croissance économique de 7,7% au quatrième trimestre 2013, marquant un ralentissement après le regain de vigueur du trimestre précédent.

Pékin avait adopté en juillet des mesures de relance, notamment fiscales: celles-ci avaient permis un sursaut de l'activité, mais qui s'est avéré momentané. Le pays a donc répété l'an dernier, avec une croissance de 7,7%, sa performance de 2012, qui était sa plus faible depuis 13 ans.

«Le PMI chinois vient assombrir l'humeur des marchés» et se situe «très en deçà des attentes», ont souligné les experts de la Société Générale, qui ont noté un recul aggravé sur le plan de l'emploi mais aussi la montée des stocks de produits finis, suggérant une baisse sensible de la demande.

Pour Zhang Zhiwei, analyste de la banque Nomura, le refroidissement du secteur manufacturier peut également avoir été alimenté par les coups de vis à répétition de la Banque centrale chinoise (PBOC).

Désireuse d'enrayer la spéculation et l'envolée des crédits dans le pays, l'institution avait interrompu en juin puis de nouveau en décembre ses injections de liquidités dans le système financier, provoquant une vague d'inquiétude et une flambée des taux sur le marché interbancaire, où les banques se prêtent des fonds entre elles.

La sévère diminution des liquidités disponibles avait alors menacé la capacité des banques à se financer correctement et à accorder des prêts aux entreprises, ce qui était susceptible de pénaliser l'activité économique.

«Il y a eu beaucoup de débats sur les marchés, pour savoir si la montée des taux interbancaires (provoquée par l'intransigeance de la PBOC) aurait ou non un impact négatif important sur l'économie réelle», a rappelé Zhang Zhiwei.

«La faiblesse de l'indice PMI pour janvier vient nous confirmer que cet impact négatif a bel et bien commencé à se répercuter en définitive» sur le secteur manufacturier, a-t-il ajouté.

Mais d'autres experts se montrent beaucoup plus prudents, et évoquent des facteurs saisonniers.

Les chiffres préliminaires publiés jeudi par HSBC pourraient ainsi avoir subi des distorsions en raison de la nette baisse d'activité qui précède traditionnellement les congés du Nouvel an lunaire, lequel tombe fin janvier, estiment les économistes de Bank of America Merrill Lynch.

«On ne peut que conseiller de ne pas faire une confiance aveugle à cet indicateur PMI», ont-ils poursuivi, rappelant que l'enquête de HSBC se concentrait sur des entreprises de petite taille et que l'échantillon examiné était relativement réduit.

L'indice PMI définitif d'HSBC pour le mois en cours sera communiqué le 30 janvier.

La Fédération chinoise de la logistique et des achats (CFLP), une organisation affiliée au gouvernement, avait de son côté annoncé un indice PMI des directeurs d'achat de 51,0 en décembre, contre 51,4 en novembre.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer