Pas de débâcle immobilière à l'horizon

Les mises en chantier devraient se chiffrer à... (PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT)

Agrandir

Les mises en chantier devraient se chiffrer à environ 38 000 en 2014 au Québec, a estimé la Société canadienne d'hypothèques et de logement.

PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

N'en déplaise aux nombreux prophètes de malheur qui annoncent une chute des prix de 20 à 25% à Montréal, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), la référence en matière d'information sur l'habitation au pays, n'en croit rien. L'organisme fédéral prévoit plutôt un atterrissage tout en douceur du marché avec une demande somme toute vigoureuse et des prix qui se maintiennent.

La SCHL dévoilait hier ses prévisions pour 2014 et 2015.

40 000 transactions par année

Dans la RMR de Montréal, les transactions sur le marché de la revente tourneront autour de 40 000 par année au cours des deux prochaines années. Ce qui représente une augmentation par rapport à 2013, mais ce qui reste inférieur à la moyenne des 10 dernières années.

Le prix moyen, toutes catégories confondues (maisons, condos, plex), devrait se stabiliser à 325 600$ en 2014 et à 329 000$ en 2015.

«Ce n'est pas une chute libre du marché, souligne Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec. On a entendu, dans les 12 ou 24 derniers mois, plusieurs observateurs parler de baisses importantes des prix, ce qu'on n'a pas vu dans les faits. Notre évaluation par rapport aux prix, c'est qu'ils seront en ligne avec les fondamentaux du marché.»

Équilibre dans l'unifamiliale

Dans la région montréalaise, le marché de la revente restera favorable aux acheteurs du côté de la copropriété avec des prix qui reculeront légèrement. Dans l'unifamiliale, le marché est actuellement à l'équilibre, mais tend à se détendre rapidement.

Le portrait est semblable dans le marché du neuf. L'activité sera plus forte en 2014 et 2015 qu'en 2013, tout en restant sous la moyenne des dernières années.

La SCHL s'attend à un peu moins de 16 000 mises en chantier par année dans la RMR de Montréal, tant en 2014 qu'en 2015. Ses experts reconnaissent que ce chiffre pourrait faiblir si les promoteurs de copropriétés se retirent momentanément du marché en raison du nombre élevé de propriétés à vendre.

Fin 2013, on dénombrait 30 000 propriétés à vendre sur le réseau Centris, utilisé par les agences immobilières, un sommet depuis le début des années 2000.

Prévisions au Québec

Mises en chantier en 2014 : 38 000

Mises en chantier en 2015 : 38 800

Reventes en 2014 : 73 900    

Reventes en 2015 : 75 000

Prix moyen en 2014 : 265 800 $

Prix moyen en 2015 : 269 000 $

Source: SCHL, hiver 2014

Quatre variables expliquant l'atterrissage en douceur du marché de l'habitation

Emploi

En 2014 et en 2015, l'emploi devrait croître au Québec de 1,4 et 1,5% respectivement. Rien de spectaculaire, certes, mais des variations qui se comparent avantageusement avec la croissance des dernières années. De fait, la croissance annuelle de l'emploi a surpassé 1,5 % à deux reprises depuis 10 ans, en 2007 et 2010.

Économie

Après avoir connu l'une des pires années en 10 ans, l'économie québécoise prendra du mieux en 2014 et 2015. Profitant à la fois de la baisse du dollar et de la vigueur de l'économie américaine. La SCHL estime à 1,7 % la croissance économique en 2014 et à 2 % en 2015. L'économie québécoise a crû de 2 % et plus à deux reprises seulement dans un passé récent, soit en 2004 et 2010.

Taux d'intérêt

La hausse des taux tant annoncée tarde à se manifester en raison de la faiblesse de l'inflation. La SCHL prévoit une légère remontée des taux, mais rien pour faire casser le marché domiciliaire. Le taux hypothécaire 5 ans devrait se stabiliser à 5,75 %. Le taux 1 an passera à 3,75 %, d'ici 2015.

Immigration

Charte de la laïcité ou pas, le Québec gagnera au net 40 000 citoyens par année, en provenance de l'étranger principalement. Cet apport démographique soutiendra le marché locatif dont le taux d'inoccupation des logements locatifs restera sous la barre des 3% dans un avenir prévisible.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer