Le pétrole baisse après une nouvelle hausse des stocks américains

Les prix du pétrole ont baissé jeudi à New York après l'annonce d'une nouvelle... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les prix du pétrole ont baissé jeudi à New York après l'annonce d'une nouvelle hausse des réserves américaines, attendue par le marché, mais décourageante quant à l'excès d'offre.

Le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mars a perdu 98 cents à 51,16 dollars le baril, après avoir déjà cédé près de 1,40 dollar la veille.

En forte baisse à l'ouverture, avec un passage sous les 50 dollars le baril, les cours du pétrole ont limité leur déclin après l'annonce par le département américain de l'Énergie (DoE) d'une hausse hebdomadaire de près de huit millions de barils des réserves de brut aux États-Unis.

«Manifestement, on s'y attendait, comme l'a montré hier la nette baisse des cours, et le marché essaie maintenant de s'accorder sur un prix», a expliqué Carl Larry, de Frost & Sullivan.

Même si les réserves sont toujours à leur plus haut niveau depuis 1930, et que leur hausse a dépassé les attentes des analystes de Bloomberg News, leur progression est deux fois moins importante que ce qu'avait annoncé la veille l'American Petroleum Institute, fédération américaine du secteur, dans ses propres estimations.

Pour autant, les chiffres du DoE peuvent difficilement être perçus comme une bonne nouvelle, d'autant qu'ils témoignent d'un «nouveau record de production aux États-Unis malgré une baisse des puits de forage et des investissements réduits» dans les grands groupes, a souligné Carl Larry.

Parmi les derniers effets en date de la chute des cours, qui ont perdu jusqu'à 60% de leur valeur depuis juin, dans l'industrie, le groupe d'énergie britannique Centrica a annoncé qu'il allait tailler dans ses dépenses, et la compagnie pétrolière publique du Mexique, Pemex, va suspendre des projets d'explorations en eaux profondes et licencier du personnel.

«Tant que l'on ne voit pas d'amélioration des fondamentaux, en premier lieu une baisse de la production en Amérique du Nord, et tant que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) conservera sa politique de défense de ses parts de marchés, on restera sous pression», a jugé Gene McGillian, de Tradition Energy.

En décidant en novembre de maintenir son plafond de production à 30 millions de barils par jour, l'OPEP a accéléré la chute des prix du pétrole, dans un marché qui espérait des gestes de la part de cet influent cartel pour endiguer leur plongeon. Au total, les cours de l'or noir ont perdu jusqu'à 60% de leur valeur depuis juin, avant de se stabiliser début 2015.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer