Le pétrole finit en forte baisse, gagné par la nervosité avant l'OPEP

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en décembre a perdu 1,03 dollar, à 74,61 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les prix du pétrole ont fini en forte baisse à New York mardi, dans un marché nerveux s'interrogeant sur les intentions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), avant une réunion cruciale du cartel.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en décembre a perdu 1,03 dollar, à 74,61 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Après un début de séance en légère baisse, les cours ont accéléré leurs pertes, dans un marché gagné par l'anxiété à un peu plus d'une semaine d'une réunion très attendue des membres de l'OPEP à Vienne le 27 novembre.

«Les roulements de tambour ont commencé à se faire entendre», a noté Matt Smith, de Schneider Electric.

Les douze membres du cartel doivent notamment y discuter de leur plafond commun de production, fixé à 30 millions de barils par jour depuis fin 2011. Et malgré la déroute des cours mondiaux du brut depuis la mi-juin, ils n'ont pour l'instant pas montré de volonté unanime de réduire leur offre.

«La grande question qui agite le marché est: quels seront, si jamais il y en avait, les changements de politique décidés par l'OPEP», a relevé Tim Evans, de Citi Futures.

«La barre est en tout cas placée assez basse pour que l'on assiste à un rebond des prix» la semaine prochaine, a estimé l'analyste.

«Les derniers murmures sur le marché indiquent que le Venezuela et la Russie (qui n'est pas membre de l'OPEP, NDLR) veulent unir leurs forces pour tenter de défendre les prix» en incitant à une réduction de la production d'or noir du cartel, a fait valoir Matt Smith.

Très dépendant de ses revenus pétroliers, le Venezuela, qui dispose des plus importantes réserves de brut au monde et dont 96% des ressources en devises proviennent des exportations pétrolières, a en effet lancé une offensive diplomatique afin de tenter de stabiliser les prix du brut.

Outre la Russie, son ministre des Affaires étrangères Rafael Ramirez a entamé la semaine dernière une tournée au sein de différents pays producteurs, en Algérie, au Qatar, en Iran, après avoir discuté avec le Mexique et reçu au Venezuela le ministre saoudien du Pétrole.

Lundi soir, M. Maduro a assuré que son gouvernement avait commencé à coordonner «une réunion spéciale des pays OPEP et non OPEP pour très bientôt, afin de prendre des décisions en faveur du pétrole et des prix du pétrole».

Sur le marché américain, les opérateurs «se préparent aussi à la sortie des chiffres hebdomadaires mercredi sur les réserves de pétrole aux États-Unis la semaine dernière», a indiqué Bob Yawger, de Mizuho Securities.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer