Les métaux précieux durement affectés par la robustesse du dollar

Le métal jaune a atteint vendredi son plus... (Photo Yuya Shino, archives Reuters)

Agrandir

Le métal jaune a atteint vendredi son plus bas niveau depuis huit mois, à 1228,13 dollars l'once.

Photo Yuya Shino, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jessica BERTHEREAU
Agence France-Presse
LONDRES

L'or et les autres métaux précieux ont fortement décliné cette semaine, emportés par une forte hausse du dollar, un reflux des tensions géopolitiques et une demande quelque peu tiède.

«L'or et l'argent ne cessent de baisser à cause de la récente robustesse du dollar», a expliqué Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le métal jaune a ainsi atteint vendredi son plus bas niveau depuis huit mois, à 1228,13 dollars l'once, tandis que l'argent a ployé jusqu'à 18,46 dollars l'once, au plus bas depuis juin 2013.

Les autres métaux précieux, le platine et le palladium, ont également été entraînés dans cette spirale descendante, marquant respectivement des plus bas depuis plus de huit mois (à 1355,30 dollars l'once) et deux mois et demi (à 821,05 dollars l'once).

Le renforcement du dollar - provoqué notamment par de bonnes perspectives de croissance américaine et des spéculations sur un prochain resserrement de la politique monétaire aux États-Unis - pèse sur les matières premières libellées dans la monnaie américaine, en les rendant plus coûteuses pour les investisseurs munis d'autres devises.

Le billet vert a ainsi atteint cette semaine un plus haut en 14 mois face à l'euro et depuis six ans face à la monnaie japonaise.

Les métaux précieux ont également été plombés par l'apaisement des tensions en Ukraine, après la trêve conclue entre Kiev et les séparatistes prorusses, a expliqué Ole Hansen, analyste chez Saxo Bank.

La tension reste toutefois vive entre la Russie et les Occidentaux, ces derniers venant d'adopter de nouvelles sanctions contre les secteurs bancaire et énergétique russes.

Enfin, la pression sur les prix de l'or observée ces derniers temps est également attribuable à des mouvements de retrait des investisseurs des ETF (fonds d'investissement adossés à des stocks physiques d'or), ont expliqué les analystes de Commerzbank.

«De plus, la demande de bijoux, pièces et lingots (en or) est tiède en ce moment, notamment en Asie» dont font partie les deux plus gros consommateurs mondiaux du métal jaune (la Chine et l'Inde), ont-ils ajouté.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer